Découvrez les résultats de notre Baromètre énergies !

Par Alexandre Mahé | Le mardi 6 juin 2017

L’Argus publie les résultats de son 1er baromètre sur l’avenir des énergies automobiles et dévoile les tendances en matière de motorisations (essence, diesel, électrique, hybride …) du 1er trimestre 2017.

 

Ce qu’il faut retenir :

 

  • Une transition énergétique amorcée et une désaffection marquée vis-à-vis du diesel. Cela reflète clairement la chute historique de vente des moteurs du diesel au 1er trimestre 2017 et un fort attrait pour les motorisations alternatives.
  • Moins d’1 possesseur de véhicule diesel sur 2 à l’intention d’en racheter un, et ce même s’il reste le meilleur compromis pour les gros rouleurs. Les possesseurs de véhicules essence se sentent protégés et se montrent conservateurs.
  • L’hybride est perçu comme l’avenir des motorisations automobiles pour 79% des répondants : accessible et consensuel, il se présente comme le « meilleur compromis » pour les automobilistes français.
  • A court terme, les automobilistes privilégient encore les motorisations thermiques (essence : 44% ; diesel : 38%) pour leur prochain achat. La part des motorisations alternatives est moindre : 12% pour l’hybride, 4% pour l’électrique et 2 % pour les autres (hydrogène, GPL …) Ce n’est qu’à plus long terme (projet d’achat supérieur à 2 ans) que 30% d’entre eux envisagent d’acheter un véhicule hybride. Dans ce cas, le diesel chute à 25%. « C’est clairement lié à une offre de motorisations alternatives encore trop réduite aujourd’hui alors qu’on espère qu’elle sera très présente chez toutes les marques d’ici 2 ans » analyse Tony Gréaux – Consultant Stratégie au sein de l’Argus Conseil.
  • 8 possesseurs de véhicules aux motorisations alternatives sur 10 sont convaincus et satisfaits de leur choix et envisagent de renouveler leur achat. « C’est un avantage énorme pour les constructeurs qui proposent des motorisations alternatives car elles sont certaines de revoir leurs clients dans leurs réseaux. Le peu de concurrence sur ce type de motorisation rend les clients fidèles voire captifs » poursuit Tony Gréaux
  • Malgré une motivation environnementale très marquée en faveur des motorisations alternatives, des freins à l’achat subsistent, notamment une offre jugée chère et inadaptée (52%), une autonomie trop limitée (45%), une offre inexistante pour le modèle voulu (35%), des contraintes de chargement (33%)

 

L’Argus Conseil a réalisé cette étude ; 2.100 automobilistes ont répondu en ligne en mars dernier.

NB : Le parc automobile français compte 2.015.177 véhicules : 1.053.733 diesel (52,3%), 883.538 essence (43,8%), 53.682 hybrides (2,7%), 22.722 véhicules électriques (1,1%). Les autres véhicules roulant à l’éthanol, au GPL, au gaz naturel, etc., représentent moins de 0,5% du marché.

 

Vous pouvez télécharger l’étude complète gratuitement à cette adresse.

Nous restons naturellement à votre disposition si vous avez des questions.


Alexandre Mahé

Alexandre est consultant en stratégie automobile au sein de l'agence Argus Conseil. Après un parcours réussi chez un grand constructeur automobile et un institut d'études international, Il apporte sa double expérience automobile et innovation pour détecter et analyser les grands mouvements du secteur.


Laisser un commentaire