Un Panda qui va faire du bruit !

Par Eric Saint-Frison | Le mercredi 4 mai 2011

Google a réussi un tour de force, donner à un animal sympathique, placide voir lymphatique, le Panda, une image de monstre du Loch Ness …

La mise à jour de l’index de Google, baptisée Panda, a fait couler beacoup d’encre et va continuer d’en faire couler dès qu’il sera arrivé en France.

Panda qui est déjà entré en fonction aux USA et en Angleterre va sensiblement modifier la façon dont certains sites sont classés par le moteur de recherche :

Les conséquences pour les cibles de Panda seront potentiellement terribles :

Réduction de la fréquence de crawl de ses pages, donc moins souvent visitées par les robots, donc indexation moins aisée ou impossible, réduction du nombre de pages indexées, dé-référencement du site.

Aux USA et au UK certains sites ont vus leur trafic réduit de 80% du jour au lendemain, autant dire que Panda va changer beaucoup de choses pour les sites de peu de qualité comme beaucoup de fermes de contenus et de comparateurs de prix qui seront très pénalisés. Pour l’exemple, Wikio.co.uk perd 91% et Ciao.co.uk (groupe Microsoft) près de 95% !

Le carnage devrait arriver en France, et franchement qui pleurera les sites qui nous (vous) ont leurrés pendants des années avec des supposés contenus, un supposé trafic et une valeur ajoutée voisine de 0. Le tout en occupant le haut des classements du moteur de recherche et en perturbant la lecture des internautes.

Pour être franc j’attends avec impatience de voir comment certains tricheurs du monde automobile (agrégateurs de contenus minable, infomédiaires peu scrupuleux et autres « forums »  médiocres) seront impactés par la « bête ».

Panda peut représenter un bond positif pour tous ceux qui travaillent sérieusement. Pour les autres tant pis. Et c’est bien comme ça !

– Les pénalités octroyées aux sites considérés comme spammeurs le sont
de façon globale, pour le site en entier. Même si, par exemple,
seulement 10% des pages du site sont considérées comme proposant du
contenu de faible qualité pouvant être assimilé à des « fermes de
contenus », c’est tout le site qui partira dans les limbes de l’index…
Si le site vient de sortir et qu’il n’a pas assez de contenu de qualité,
le conseil de Google est de désindexer ce contenu (balise meta robots,
fichier robots.txt) tant qu’il n’a pas atteint une qualité suffisante.
Rien que ça…

– Les sites proposant trop de publicités, notamment au-dessus de la
ligne de flottaison (ce qui est visible sans utiliser l’ascenceur)
peuvent être considérés comme des sites spammeurs.

– Lorsqu’un site est pénalisé, Google réduit également la fréquence de
crawl de ses pages. Il est donc moins souvent visité par ses robots. En
clair, si vous vous apercevez que la fréquence de crawl de vos pages a
baissé, cela peut signifier un signe de pénalité de la part du moteur de
recherche…

– Le cloaking, même à des fins de « white hat » (par exemple : proposer,
pour un site 100% Flash, des pages HTML aux moteurs) est considéré comme
du spam et peut être pénalisé. Matt Cutts semble avoir été très clair
sur ce point.

– De nombreuses autres améliorations de l’index sont prévues pour cette
année, et notamment l’identification du contenu « volé » (« scrappé ») sur
d’autres sites.

– Les liens insérés dans les communiqués de presse ne seraient pas pris en compte dans le calcul du PageRank (étonnant ?).

De nombreuses autres informations, plus pointues, sont à lire dans le compte-rendu du site Search Engine Land.

Bref, la mise à jour Panda de l’algorithme de Google risque également de
faire quelques dégats en Europe et en France lorsqu’elle y sera
déployée, c’est-à-dire dans quelques semaines si on en croit les deux
googlers, qui ajoutent qu’elle devrait être moins significative en
dehors des Etats-Unis, les problèmes visés par Panda étant plus
particulièrement cruciaux outre-Atlantique. On verra bien mais, en
attendant, de nombreux webmasters dorment moins bien ces temps derniers
dans l’Hexagone…

 

 

 

 

 


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Laisser un commentaire