Ultra petite voiture électrique : Réalité ou fantaisie ?

Par Eric Saint-Frison | Le vendredi 19 mars 2010

salon-geneve Le but de ce blog n’est certainement pas de faire des essais de voiture, mais dans le cas des véhicules dont je vais vous parler, il s’agit plus d’évoquer un type de mobilité urbaine et des solutions possible à mettre en place à court terme pour les grandes villes, que de « philosopher » sur tel ou tel avantage produit comme le font très bien de nombreux support spécialisés, online ou pas.

A Genève, à côté des myriades de pseudo voitures électriques plus ou moins révolutionnaires (batteries, full hybrides, micro hybrides, etc.), n’apportant à la voiture du 21ème siècle et ses défis industriels, énergétiques et environnementaux que leur seule stratégie marketing, les pistes réellement intéressantes pour l’amélioration des conditions de circulation dans les grandes métropoles étaient rares.

L’apparition de concepts très compacts et exclusivement destinés aux déplacements urbains et péri urbains, qui ne mentent pas sur leurs réels utilisations potentielles, étaient intéressantes.

J’ai choisi de vous parler de 2 d’entre eux, l’un existant déjà, l’autre ne représentant qu’une vision créative d’un possible avenir.
L’un venant d’une PME française innovante et l’autre d’un grand groupe japonais.
La Lumeneo Smera :
Imaginez un véhicule qui ne serait ni un Piaggio MP3, ni une Smart, ni un Scooter BMW C1 , ni une BMW Isetta des années 50.

Mais un peu de tout cela à la fois.
Ce véhicule existe, il s’agit du Lumeneo Smera présent à Genève et déjà sur le marché.

C’est un véhicule à 4 roues, électrique de 40cv, équipé d’un procédé unique : un système électronique qui se charge de piloter l’ensemble des paramètres du véhicule à partir des signaux fournis par une centrale inertielle intégrée. 
Suivant les paramètres dynamiques de la voiture, la courbe du virage, le mode de conduite et l’état de la chaussée, instantanément l’inclinaison optimale est calculée.

C’est un servomoteur à courant continu piloté par un calculateur qui réalise automatiquement cette fonction en inclinant la cabine et les 4 roues. Le conducteur n’a pas à se sourcier de l’équilibre du véhicule. Biplace il s’incline jusqu’à 25 ° dans les courbes. Le passager arrière est un peu enfermé derrière le conducteur, mais c’est le prix à payer pour obtenir un véhicule aussi unique.

Longueur 2m50 et largeur 86 cm, c’est quelque chose entre un voiture urbaine et un 2 roues (ou 3 roues avec Piaggio qui mesure 2,13 m et 75 cm de large).

Homologué en Europe comme une voiture sa vitesse est annoncée à 130 km/h avec une autonomie de 150 km ce qui est suffisant pour une utilisation urbaine normale.
Par contre son prix, à 24.500€ (!) reste pour moi du domaine du surréalisme. C’est le prix d’une berline familiale pour transporter 5 personnes sur des longues distances.

Le prix de l’innovation, de la technologie et du design unique existe dans d’autres secteurs et dans le cas de la Smera il est réel, mais comment convaincre les automobilistes de devenir plus citoyens et/ou raisonnables en pratiquant des tarifs de produits de luxe ?

Cela limitera donc son potentiel à des ventes flottes subventionnées ou à de riches clients, pas au plus grand nombre. Dommage.

Le Honda 3-RC :

Entre la guerre des étoiles et le robot ménager.

Avec ce concept qui ne verra jamais le jour en l’état nous entrons dans le pur fantasme et le design pur, sans prise en compte véritable des problématiques industrielles d’une éventuelle fabrication.

Un look très fort réalisé par le bureau milanais de Honda pour ce concept de véhicule 3 roues électrique qui évoque (jusqu’à son nom) un robot sympathique de Star Wars.

Avec son capot / pare brise enveloppant il ne peut transporter qu’une seule personne.

Ce capot posé sur le véhicule en position arrêt se transformera en pare brise enveloppant et protecteur dès que le contact sera mis.
La batterie située en position basse permet de maintenir un centre de gravité bas, donc une bonne stabilité théorique pour un tricycle plutôt réputé pour son instabilité.
Piste intéressante car attractive à l’œil, elle présente malgré tout une somme d’inconvénients qui la rende vraisemblablement irréaliste : encombrement important pour transporter un seul passager, technologie compliquée donc coûts potentiels élevés, design travaillé donc autres sources de coûts additionnels, stabilité douteuse d’une 3 roues.

L’avenir proche nous dire si le Honda 3-RC était juste une piste « auto-show » ou si Honda compte lui donner une suite.

Au final l’intérêt de ces efforts en R&D et en design innovants est que ces produits et projets devraient participer à animer les bureaux de design et d’ingénierie des grands constructeurs et amener une dynamique dans l’invention de modes de mobilité urbaine différents dans un avenir proche.

De toutes façons nous n’avons pas le choix.

Nous manquons de place, nous manquons d’énergie fossile, nous manquons cycliquement de matières premières et les problématiques environnementales sont devenues une priorité, que l’on soit pro Nicolas Hulot ou pro Claude Allègres. C’est comme ça et il faut apprendre à vivre avec.

L’avenir de la mobilité urbaine passe donc par des approches radicales qui trancheront avec nos habitudes actuelles.

A suivre …


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Un commentaire

Laisser un commentaire