Site Internet de Distributeur Automobile : 10 erreurs de création à éviter

Par admin | Le jeudi 16 septembre 2010

Ca y est, vous êtes décidé : votre concession doit avoir son site Internet ! Les budgets ont été alloués, le gros du chantier va maintenant pouvoir commencer ! Et puis, monter un site Internet, ça ne doit pas être bien compliqué ! D’ailleurs, votre voisin n’a-t-il pas lui-même crée un site pour l’association sportive dont il fait partie ?

Malheureusement, ce n’est pas si simple… Demandez à votre voisin d’ailleurs, combien de temps il a réellement passé à « créer » son site… Le temps total bien entendu, pas seulement les quelques heures à copier/coller du code ou intégrer des éléments…

Site internet de concessionnaire: 10 erreurs à éviter

Car un site Internet, ce n’est pas seulement une « page » qui s’affiche. Ceci étant encore plus vrai pour un site de concession : flux de vos stocks Occasion, formulaire de contact, hébergement adéquat, ergonomie, référencement… Autant de sujets risqués et apte à vous faire perdre du temps et/ou de l’argent !

Alors pour ceux qui veulent aborder au mieux la création de leur site Internet de Distribution Automobile, voici les 10 erreurs, de bases, à ne pas commettre lors de la création de votre site :

1. Un site uniquement en Flash :

C’est souvent une discussion « préliminaire » lorsque l’on parle de site Internet avec un nouveau client concessionnaire :

« J’ai vu tel site ou tel site… C’est animé, c’est moderne, je veux la même chose ! »

Nous allons donc voir ce site… Et il est complètement en « Flash ». Pour nos clients, c’est un site Internet. Point à la ligne.

Pourtant, le flash est une technologie qui, si elle embellie souvent un site Internet, est l’une des plus mauvaises choses qui puissent arriver à un site Internet de distributeur Automobile.

Pourquoi ? 3 raisons principales : les possibilités de « référencement » sont aussi réduites qu’elles sont complexes ; le travail de « back office » nécessaire pour un distributeur (flux Voiture d’Occasion, catalogue Véhicules Neufs, Formulaires de rendez-vous atelier…) tout est beaucoup plus complexe. Enfin, les sites en flash seront beaucoup moins évolutifs et aménageable que des sites dans d’autres langages.

2. Utiliser une technologie « complexe »

Un peu comme pour le flash, l’utilisation de technologie complexe est un vrai risque pour un site internet de voiture d’occasion ou de concession automobile. Les Dealer Management System et autre logiciel Occasion le sont souvent déjà assez.

Même si « cela va sans dire », pensez à bien vérifier, avant de lancer votre chantier, que le prestataire qui réalise le site pour vous, ne développe pas en utilisant des technologies complexes. Car en faisant cela, il referme souvent un piège imparable sur vous. ASPX, Flash, Windows Server… Toutes ces technologies, sans remettre en cause leur efficacité, ne sont pas aussi répandues qu’on veut bien vous le faire croire !

Le jour où vous souhaiterez modifier quelque chose dans votre site, ou simplement changer de prestataire, la conséquence, financière notamment, risque de vous déplaire !

3. Ne pas respecter les standards Web :

Encore une fois, cela « va sans dire ». Du moins pour nous en tant que constructeur de solutions digitales pour la distribution automobile. Pourtant, il y a peu de chance que cette notion évoque quoique ce soit à un concessionnaire. Pour faire simple, les « standards du Web » représentent l’ensemble des normes et bonnes pratiques à utiliser dans la construction de votre site Web.

Un peu l’équivalent des normes NF ou ISO pour un distributeur automobile. Toutes les règles ne sont pas obligatoires, ni vitales. Mais elles n’existent pas pour rien…

4. S’adresser à n’importe qui :

Comme lorsque vos clients doivent faire leur entretien ou des réparations sur leurs voitures, ils préfèrent souvent passer par un concessionnaire « officiel » de la marque. Meilleure qualité de service, garanties, connaissance de leur voiture… Les raisons sont nombreuses.

De même manière, pour votre site Internet de concession, pensez à faire appel à des spécialistes! Mettre en place une base de données pour vos voitures d’occasion, un configurateur pour vos véhicules neufs, des flux pour vos petites annonces sur la Centrale… tout cela requiert un certain niveau de connaissance et d’expérience !

Sans parler de la mise en place d’outils « opérationnels » et de l’accompagnement des équipes !
Pour information, nous ne sommes pas les seuls à proposer cela ! Si vous voulez la liste, envoyez nous un message, c’est gratuit !

5. Confier le dossier au constructeur :

Lorsque Internet est apparu, et que son omniprésence dans le monde automobile à commencer à se faire sentir, la plupart des constructeurs ont « proposé » (si ce n’est imposé) des outils aux distributeurs partenaires, pour soi-disant les aider à se développer sur Internet…

Ces outils, sans parler de leur complexité et de leur cout, étaient aussi souvent dépassés technologiquement avant même leur présentation au réseau de concessionnaire.

Un constructeur construit des voitures, un distributeur les vend. Chacun son métier !

6. Déléguer à n’importe qui :

Mettre en place un site Internet, dans une concession automobile, représente un certain investissement, et quelques changements. Un chantier qui a une certaine importance donc. Pour autant, un investisseur ou un directeur général, n’aura pas forcément le temps opérationnel de gérer ce chantier. Il vous faudra donc le déléguer.

Comme pour le choix de votre prestataire, il faudra choisir la bonne personne… Un petit « audit de culture » très simple à réaliser, en une vingtaine de question doit avoir lieu avant de nommer le « responsable ». Mais qui vous permettra d’éviter de confier ce dossier à quelqu’un qui ne saura pas le gérer.

Vous ne demandez pas à un vendeur occasion de travailler en atelier, non ?

Pas d'objectif pour votre site Internet Concession7. Ne pas définir d’objectif en amont :

Une erreur qui n’est pas forcément grave, mais peut provoquer des retards et des dépassements budgétaires imprévus dans la mise en place.

Que souhaitez-vous réaliser en allant sur Internet ? Développer vos ventes occasions ? Votre visibilité ? Votre qualité de service ? Vos relations clients ? Vos retours atelier ? Tout cela à la fois et même plus ???

Chaque « objectif » que vous souhaitez atteindre dans une stratégie internet requiert des outils spécifiques. Posez les choses dés le début, pour cadrer vos besoins et vos spécifications précisément dés le début. Cela évitera les imprévus.

8. Ne pas lire les 10 Indispensables :

Une erreur bien trop souvent commise !!!
Si nous passons du temps à vous proposer des idées et des conseils, c’est pour que vous les utilisiez ! Alors si ce n’est pas déjà fait, allez vite les lire ici !

😉

9. Budgéter en « One shot » :

Le budget ! Cette question problématique et sensible dans toutes discussions d’affaires en France. Moins on paie, mieux c’est. Et les « abonnements » qui vous lient ne sont pas vraiment tendance. Vous préférez régler en une fois, après la livraison…

>Pourtant, un site Internet est comme une voiture : après la livraison, il faut l’entretenir. Parfois la modifier. Etc… Tout cela à un cout. Un cout malheureusement nécessaire et indispensable.

Pensez donc dés le début des négociations à discuter cette « poche » budgétaire aussi.
Cela évitera de très mauvaise surprise, et vous fournira un bon indicateur sur la qualité et le sérieux de votre prestataire…

10. S’arrêter au site Internet :

Certainement l’Erreur (avec un E majuscule) !

Ca y est, votre site Internet est en ligne ! Flambant neuf, rutilant. Vous pensiez passer à autre chose ? Croyez nous, ce n’est pas le meilleur moment! Maintenant que vous êtes sur Internet, il faut s’assurer que cet investissement soit rentable.

Comme lorsque vous avez fait bâtir votre concession. Vous ne vous êtes pas arrêté là ! Inauguration, animation commerciale, évènement régulier, décoration… Que de chose pour la faire vivre et créer du trafic !

Votre site Internet fonctionne sur la même logique : une fois bâti, il faut vous assurer qu’il reçoit un trafic conséquent, et régulier, pour être à la fois utile et rentable. SEM, publicité, animation commerciale. Les mots diffèrent, mais la logique reste la même.

A une différence près : tout cela coute beaucoup moins cher sur Internet. Et tout est très précisément quantifiable, mesurable et appréciable. Et surtout, vos clients sont plus souvent devant leur ordinateur que devant votre concession…

Pouvez-vous en dire autant pour les 4×3 ou les encarts dans les gratuits que vous achetez tous les mois ?


admin


Laisser un commentaire