Scoop N° 2 : Google Think Auto

Par Eric Saint-Frison | Le mercredi 12 octobre 2011

C’est la saison  des scoops sur ce blog qui démontre qu’il est informé, bien informé même. Et qu’il garde ses abonnés et « followers » au contact de l’actualité du web et de l’automobile.

Nous avons eu l’opportunité d’assister aujourd’hui à la présentation du Think Auto 2011. Nous vous en livrons donc en « pre-view » quelques unes des idées fortes qui en sont ressorties. Nous reviendrons en détail sur certains aspects de ces études dans un avenir proche.

Un mot d’introduction qui résume assez bien la teneur globale : nous passons du « Online »  au « Online To Store » et même au « Online In Store »

Gearshift 2011, ou le role d’Internet dans le processus d’achat auto. Etude centrée France et VN (étude réalisée par Netpop research)

Les acheteurs VN rajeunissent (44,8 ans en moyenne) et masculins à 58%. Ils sont aussi très indécis en démarrant leur phase d’achat. Seulement 28% savaient ce qu’ils voulaient en démarrant cette démarche d’achat. Le temps moyen se réduit aussi en passant en desous de 3 mois de durée moyenne.

47% (seulement) sont fidèles à la marque qu’ils possédaient précédemment. Et là aussi Internet devient stratégique :  Les acheteurs non « loyaux » sont plus utilisateurs du web. Donc pour leur parler, il faut être sur la toile.

La recherche via les moteurs demeure essentielle. Et de ses moteurs les acheteurs migrent facilement vers les sites d’information sur la réputation des marques / points de vente.

Les utilisateurs des moteurs sont moins loyaux que les autres et s’intéressent à plus de marques. Ils sont aussi très consommateurs de vidéo.

42% des acheteurs auto sont utilisateurs de vidéo, principalement du contenu produit par les marques. Et ils aiment ça ! facile, pratique, qualitatif, facile à trouver, « j’en veux plus » : Voilà quelques mots qui ressortent de leur verbatim usuel.

La percée confirmée du mobile. En moyenne 79% des utilisateurs de Smartphones se connectent tous les jours et vont en moyenne 11 fois par semaine sur Internet. A 73% ils ont moins de 45 ans. Et 23% ne savent pas du tout quelle marque auto acheter.

25% se servent de leur mobile pour localiser ou contacter un point de vente ou d’après vente.

Seconde étude, celle d’Ipsos.  Le lien entre Internet et le cycle auto. (Plus de 2000 inteview online)

25% des recherches autos sur google sont dédiées à l’après-vente ! Rien que ça.

Croissance de 25% au 1er semestre 2011 et une autre de 25% attendue en 2012.

Sujets couverts par l’étude : Pièces, accessoires et SAV (incluant les pneumatiques)

37% des sondés disent se servir du web pour l’après vente. Et cela sans grandes variances selon l’âge des véhicules. Les points d’AV sont encore devant, heureusement !

Internet est N°1 pour les recherches d’accessoires, pour les pneus N°2, pour un SAV N°3 et enfin pour des pièces détachées N°4.

Les pneus, les accessoires et les services sont dans l’ordre les priorités.

Les grandes tendances du digital sont les mêmes sur l’Après Vente. On va d’abord sur les moteurs, puis sur les sites d’enseignes spécialisées, puis les acteurs « perturbateurs et et les distributeurs n’arrivent qu’en 6ème position?

Que citent les interviewés en termes de sources d’information privilégiées : massivement les pure players, google et quelques marques auto très dominantes.

Quand on parle d’achat en ligne, quelques chiffres  : 16% des cibles déclarent avoir acheté des pneus en ligne. Cette tendance va s’étendre à de nombreux autres produits et/ou services. L’achat en ligne augmente partout, même si l’achat se fait toujours massivement dans les points de vente traditionnels, réseaux de marque ou de distribution spécialisé.

Le mobile est aussi en phase de croissance pour l’après vente. 14% des interrogés utilisent leur mobile dans la recherche d’information, principalement pour localiser un point de vente ou d’AV. L’an dernier ce chiffre était inférieur à 5% !

Enfin, 34% des consommateurs d’Après Vente visitent des sites communautaires, blogs et autres réseaux sociaux pour obtenir des informations, comparer des prix ou obtenir des retours d’experience de la part d’autres internautes.

En résumé le risque n’est pas encore trop la vente en ligne de pièces en elle même, car l’avis de l’expert reste nécessaire dans de nombreux cas, mais il y a clairement une demande massive de recherche d’information sur le web, et s’ils ne trouvent pas la réponse à leur questions, les consommateurs continueront leur navigation et iront vraisemblablement chez un concurrent.

Voilà pour les grands chiffres et les grandes tendances de ces études, présentées par Google France et que nous vous livrons en avant-première.


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Laisser un commentaire