Rudolf Diesel, oublié de l’histoire

Par Tony Greaux | Le vendredi 31 mars 2017

On parle beaucoup (trop) de moi. Je permets de développer une riche fiscalité. Je suis à l’origine de choix stratégiques des constructeurs et des Etats. Aujourd’hui, mon nom agite les débats. Je suis la bête noire des écolos, on dit même que j’incite à tricher ! Je suis devenu le pire de la mobilité…je suis, je suis… Rudolf Diesel

Mais qui était Rudolf Diesel ?

Si monsieur essence, monsieur hybride et monsieur électrique n’existent pas, il y en a un carburant dont le nom a une véritable histoire  : c’est le diesel. Et tout remonte à Rudolf Diesel. Cet ingénieur allemand né en 1858 à Paris va connaître un destin tout particulier.

Lorsqu’il met au point son invention, Rudolf Diesel est loin de se douter de la trace qu’il va laisser dans l’industrie automobile. A l’origine, son projet était avant tout destiné à aider les artisans et petites entreprises à concurrencer les industries utilisant les machines à vapeur au charbon. A peine moins polluante que le charbon, la technologie  diesel a rapidement fait ses preuves. C’est en 1892 que Rudolf Diesel dépose son brevet auprès de l’office impérial de Berlin. Cela fait donc 125 ans !
Diesel

L’avènement du diesel

Avant d’être utilisé pour des voitures, le moteur diesel  est d’abord utilisé dans l’aéronautique, notamment sur le Selandia, un bateau danois. A force d’améliorations, il devient alors utilisable pour des engins un plus légers. D’abord pour des engins de guerre, puis du matériel agricoles et des camions. Largement détourné de son projet d’origine, le diesel fût donc récupéré par ces industries lourdes a qui il devait pourtant échapper…

En 1936, la Mercedes 260 D est la première à recevoir ledit moteur diesel. Il faudra tout de même attendre les années soixante et notamment que l’argus de l’automobile titre en  avril 1959 « l’essence est trop chère, vive le diesel ». Par la suite, les constructeurs vont massivement doter leurs productions de moteurs diesel.

Argus

L’argus de l’automobile – avril 1959

Le diesel se développera ensuite pendant des décennies jusqu’à représenter près de  trois quarts des immatriculations dans les années 2000.

Le diesel au ban des énergies ?

Le vent a vite tourné : Alerte de l’Organisation Mondiale de la Santé, interdictions dans certaines villes, apparition des énergies dites « vertes ». C’est pourtant bien le scandale des supposées tricheries de plusieurs constructeurs automobiles qui semble avoir durablement sonné le glas du diesel.

Pollution

Gustav Metzger – Remember Nature

Mais qu’est devenu Rudolf Diesel?

Rudolf Diesel n’aura même pas pu assister à l’incroyable développement de son invention. Voici comment son histoire se termine à la veille de la première guerre mondiale.

Fragilisé par des placements financiers hasardeux, il dilapide sa fortune et sombre dans la dépression. En septembre 1913, il accepte malgré tout une invitation de la Royal Navy. Il doit notamment y partager ses connaissances en matière de mécanique. Il embarque à Anvers, mais il n’arrivera jamais en Angleterre. En effet, le 30 septembre Rudolf Diesel a disparu. Son corps repêché 1 mois plus tard ne livrera aucun secret. Etait-il déprimé au point de se suicider ou bien a-t-il été aidé par des hommes de main de Guillaume II à la veille de la première guerre mondiale ?

Une fin aussi obscure ?

Le mystère est total et on imagine parfaitement qu’un écrivain ou scénariste habile pourrait utiliser ce personnage pour le début d’un film d’espionnage… Et si on vous avait caché toute la vérité sur le diesel ?

En attendant, l’équipe Go Between Conseil vous révèlera très prochainement les résultats de son étude sur les énergies de demain … et de l’avenir du diesel!

Nos autres articles sur ce thème ici

 


Tony Greaux

Tony a une large expérience dans l’univers automobile. Il rejoint le pôle Go Between du groupe Argus en tant que consultant. Il a auparavant géré le pôle Brand & Ad automotive de TNS Sofres, et y a animé les grands comptes du secteur.


Laisser un commentaire