Paiement mobile : On y est.

Par Eric Saint-Frison | Le lundi 29 novembre 2010

Un récent article du Monde commentait l’évolution à venir sur le marché des moyens de paiement nomades, c’est à dire via des Smartphones.

Il n’y a sans doute pas d‘impacts directs sur le commerce automobile à prévoir, mais cela va sans aucun doute continuer de renforcer l’absolue nécessité d’être actif sur les sujet Online et mobiles pour rester accessibles aux clients qui souhaiterons utiliser les moyens technologiques mis à leur disposition, et on peut raisonnablement imaginer que la génération des 25, 40 ans sera de ceux là.

Du côté des acteurs technologiques, avoir le contrôle du paiement via un Smartphone, ce sera tout simplement gagner la prochaine bataille du marché de la mobilité.

Après les applications qui ont vues et voient toujours une activité sans cesse renouvelée, l’avenir des moyens de paiement nomades est le théâtre d’une lutte qui voit les opérateurs, les géants du Web et des start-up rivaliser pour rendre incontournable leur mode de paiement depuis un terminal mobile.

« Mobile Payments 2010 », très intéressante étude centrée sur le sujet (en anglais), montre que l’enjeu est colossal et même si les prévisions doivent être prudentes, le marché potentiel pourrait se chiffrer en milliards.

« De nombreuses initiatives de paiement mobile demeurent à un stade expérimental », rappelle l’étude, mais sont largement démocratisées en Corée du Sud ou au Japon, mais aussi en Australie, aux Philippines et au Kenya.

En Europe, une initiative récente de Coca Cola démontre que nous sommes proche de la mise à disposition de ce type de mode de paiement pour le grand publique : Les mobinautes belges et luxembourgeois vont bientôt pouvoir acheter un soda grâce à leur téléphone mobile puisque la firme d’Atlanta vient de signer un partenariat avec PingPing pour équiper ses machines automatiques de systèmes de paiement en NFC (Near Field Communication), dans ces deux pays.

La version US du magazine Marie-Claire, vient de lancer une application grâce à laquelle les lectrices peuvent acheter via leur iPhone les produits, gadgets et autres accessoires indispensables présentés sur papier. A l’aide du code postal, elles peuvent également avoir les coordonnées de la boutique la plus proche. Pour les articles d’un prix inférieur à 100 dollars uniquement.

Et en France, des entreprises comme Cityzi ont déjà commercialisé des moyens de paiement qui fonctionnent au quotidien pour les transports en commun.

La technologie NFC est une technologie de communication sans fil, à courte portée et à haute fréquence, permettant l’échange d’informations entre des périphériques jusqu’à une distance d’environ 10 cm. Cette technologie combine l’interface d’une carte à puce et d’un lecteur au sein d’un seul périphérique. Un périphérique NFC est capable de communiquer avec infrastructures sans-contact existantes déjà en utilisation dans les transports en commun et les terminaux de paiement.

L’arrivée de ces moyens de paiement mobile va transformer la façon dont les gens font leurs courses, paient et économisent.

Dans son article, le Monde rappelle que, à la mi-novembre, Eric Schmidt, le PDG de Google a présenté un modèle de smartphone, sans toutefois en préciser la marque, intégrant une puce compatible NFC, que Nokia, leader mondial de la téléphonie mobile, et le fabricant canadien du BlackBerry, Research in Motion, ont eux aussi annoncé qu’ils travaillaient sur des solutions intégrant cette technologie.

D’un autre côté, les leaders du paiement sur Internet, comme PayPal, tentent de leur côté de trouver de nouveaux relais de croissance sur les appareils mobiles. Le service, propriété d’eBay, revendique 90 millions d’utilisateurs et un chiffre d’affaires au troisième trimestre de 838 millions de dollars (597 millions d’euros). PayPal a mis à disposition des développeurs un outil permettant d’intégrer dans leurs applications sa solution de paiement. Selon les chiffres de l’entreprise, ce type de service, inclus dans 1 000 applications mobiles, correspond à un volume de transactions d’un milliard de dollars (747 millions d’euros) en 2010.

Du côté des Start-up, de jeunes sociétés comme Obopay et Zong proposent aux utilisateurs de smartphones de payer directement depuis leur appareil, et essaient de gagner des parts de marché. D’autres petites entreprises, comme Boku qui a pour l’heure reçu 28,4 millions d’euros d’investissements, susciteraient même les convoitises de géants comme Apple et Google. D’après Tecchrunch les prétendants devraient débourser au moins 250 millions de dollars (187 millions d’euros) pour racheter la start-up, qui a su nouer de nombreux partenariats avec les opérateurs américains.
Face à ces nombreux concurrents, les fournisseurs de cartes de crédit optent pour une stratégie offensive, fournissant, comme PayPal, une plate-forme de développement pour intégrer leurs services. L’an passé, « Visa, MasterCard et American Express ont dépensé environ 3 milliards de dollars pour acheter des systèmes de paiement en ligne », souligne aussi le magazine Businessweek. Au mois d’août, MasterCard a notamment dépensé plus de 400 millions d’€afin d’acquérir le britannique DataCash.


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Laisser un commentaire