MWC 2011 : Le congrès mondial de la mobilité

Par Eric Saint-Frison | Le samedi 19 février 2011

Le « Mobile Word Congress » c’est tenu à Barcelone du 15 au 18 février dernier.

Nous n’y étions pas (trop de travail) mais via les commentaires trouvés sur la toile (et ceux du JDN en particulier) je vous propose ce compte rendu de l’événement qui fait référence en terme de technologies et d’outils mobiles :

La navigation sur supports mobiles est limitée par les réseaux / flux des opérateurs :

Il devient de plus en plus compliqué de naviguer sur son smartphone lors de sa pause déjeuner dans des lieux très fréquentés (gares, aéroports, …), ou bien de regarder en streaming de la vidéo dans le centre d’une grande ville le samedi soir.

Pour les opérateurs mobiles, le principal enjeu consiste donc à optimiser les réseaux.

De nombreux services très gourmands en data devraient être lancés prochainement, essentiellement tournés autour de la vidéo et des contenus multimédia. Leur lancement pourrait encore compliquer le travail des opérateurs.

Ces nouveaux services ne seront vraiment possibles que lors du déploiement de la quatrième génération de réseau (la 4G) qui est pour bientôt.

D’ici là, c’est bien un Internet mobile à 2 vitesses qui pourrait apparaître : Low cost à débit limité et  premium pour un débit maximum.

La publicité sur support mobile est encore limitée , les applications sont en nombre colossal mais il est temps de penser à organiser leur utilisation.

Dans un contexte économique difficile et faute d’avoir encore atteint une masse critique d’audience, la publicité sur mobile peine à décoller.

En revanche, les consommateurs sont davantage prêts à payer pour accéder à des contenus ou services utiles.

Les contenus gratuits devenant des produits d’appel qui ensuite doivent déclencher l’achat du service.

Outre la qualité du contenu, c’est surtout son adéquation avec les caractéristiques techniques et ergonomiques du terminal utilisé (smartphone, tablette, TV connectée, Internet fixe, console portable…) qui deviennent cruciales.

L’expérience utilisateur dite « en silo » est critiquée. En d’autres termes, les mobinautes doivent systématiquement passer d’une application à une autre en fonction de leurs besoins. Seul Facebook s’est imposé dans l’agrégation de l’ensemble des usages (s’informer, jouer, communiquer…).

Pour Peter Chou, CEO de HTC, « Une consommation des contenus trop en silo nuit à la satisfaction des consommateurs de l’Internet mobile, car elle crée trop de ruptures dans les usages et dans la navigation. Cela devient trop complexe« .

Le Cloud ou informatique dématérialisé, offrant les solutions de communication M2M (machine to machine) représente la tendance la plus intéressante de l’avenir des outils mobiles.

Il  permet la sauvegarde de données de n’importe où à partir de n’importe quel terminal. Désormais, le cloud, c’est aussi la contextualisation de l’information qui pourrait se résumer par la question suivante : quels contenus ou services proposer à l’utilisateur en fonction du contexte d’utilisation et du terminal utilisé ?

Le Cloud permet d’imaginer des scénarios offrant une communication dynamique et intelligente entre machines : Imaginons par exemple un individu, habitant en banlieue parisienne, devant se rendre à un rendez-vous programmé à 9 heures sur Paris. Ce matin là, la ligne de train qu’il prend habituellement est ralentie à cause d’une avarie matérielle. Son agenda (hébergé sur le cloud) est informé des problèmes de train et « décide » donc d’avancer l’heure de son réveil. Son smartphone le réveille alors 30 minutes plus tôt pour l’assurer d’être à l’heure à son rendez-vous. Aujourd’hui on pense surtout au triptyque « smartphone, Internet fixe et tablette », mais dans le contexte de communication MtoM (Machine to Machine), il faut imaginer ce type d’applications avec votre voiture, votre réfrigérateur, votre machine à laver…

Il semble par contre que les évolutions technologiques doivent se ralentir un peu (ouf !), l’écosystème du mobile cherchant à rationaliser et industrialiser les dernières innovations, pour dégager des économies d’échelles et enfin vendre les services mobiles proposés au plus grand nombre avant d’inventer de nouveaux outils.


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Laisser un commentaire