Mondial de l’auto 2010. Quelles leçons préliminaires ?

Par Eric Saint-Frison | Le jeudi 30 septembre 2010

Un Mondial de l’Automobile à paris restera toujours un événement. Crise ou pas crise.
J’en veux pour preuve l’édition de cette année qui a ouvert ses portes a la presse ce matin et qui sera accessible au public à partir de Samedi 2 Octobre.
Des stands imposants, beaucoup d’argent investit dans l’aménagement, la décoration et l’aspect des zones de présentation et d’accueil.
Une vision presque parfaite, tout va bien, la crise est derrière nous.
Là ou le bât blesse, c’est lorsque vous regardez dans le détail ce qui est présent sur les stands des constructeurs.
Vous vous promènerez entre le très politiquement correct, donc des voitures « propres » et des monstres à moteurs et puissances dignes des plus belles années du tout pétrole.
Des nouveautés révolutionnaires ? Non, des concept déjà vus pour la plupart, des « restyling », des évolutions et des présentations de soit disant nouveaux modèles, faites et refaites ailleurs.
Une exception qui a de l’allure, le nouveau Range Evoque.
Belle réussite de design et vraie nouveauté.

Des évolutions technologiques qui vont changer notre vie alors ? Non plus. Du e-véhicule partout, avec plus ou moins de conviction selon les capacités des constructeurs à faire croire dans leurs capacités technologiques ou dans leurs convictions que l’électrique est LA solution.
Des idées de mobilité originales ? Toujours pas, des concept type Mu de Peugeot et rien d’autre. Ah si, un vélo chez ce même constructeur qui au demeurant présente aussi un très joli concept car.
Donc, mon impression de spectateur est que derrière les discours répétés sur l’importance du Mondial de l’Automobile de Paris, les constructeurs semblent avoir mis en réserve de vrais nouveautés pour d’autres salons (Pékin, Tokyo, Détroit, Genève ?) et que la posture qui consiste à présenter quasiment côte à côte une Formule 1 et une voiture électrique est juste une prouesse peu facile à comprendre pour le consommateur lambda. Une sorte de grand écart … L’avenir dira s’ils ont compris les messages mélangés que certains leurs envoient.

Pour illustrer ce post, quelques images :




Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Un commentaire

Laisser un commentaire