Paris : oui au futur autonome mais la Seine attendra

Par Alexandre Mahé | Le mardi 31 octobre 2017

Les nouvelles mobilités continuent de bouillonner. Les habitudes d’hier passent tous les jours au shaker de start-ups bien décider à chambouler l’ordre établi. De tels frémissements trouvent fort logiquement un écho à Paris, une ville dont on connaît l’aversion pour la voiture individuelle.

Pas de Sea Bubbles à Paris dans l’immédiat…

Nous étions enthousiasmés pour cette innovation de la mobilité urbaine à Paris. Après de nombreux atermoiements, les Sea Bubbles auront fini par se noyer dans l’océan administratif parisien. Confrontés à l’inflexibilité des Ports de Paris quant aux limitations de vitesse, ils s’évadent en Suisse. Dommage pour Paris mais cela montre une fois de plus les éternelles confrontations légales introduites par les start-ups innovantes.

Le fondateur de la jeune entreprise Alain Thebault a ainsi déclaré : « On y reviendra. Mais je refuse de m’obstiner dans un chemin sans issue. Et la France est encore loin de la start-up nation dont parle Emmanuel Macron. » 

Du coté de la Mairie de Paris, la déception est de mise après une si belle campagne de pub mais on espère avoir trouvé une solution pour avoir ces petites bulles fluviales opérationnelles pour les JO 2024. Pour l’exclusivité et le côté avant-gardiste par contre, on repassera.

Les Sea Bubbles à Paris, un jour peut-être …

… Mais la ville choisie comme zone cobaye pour les véhicules autonomes !

L’équipe municipale n’aura pas pas eu le temps de faire son deuil. En effet, Paris vient d’être choisie par Delphi comme ville de test pour ses taxis autonomes au même titre que Singapour et avant Boston. Delphi, grand équipementier américain est en effet à l’avant-garde des voitures autonomes. Elle vient ainsi de racheter NuTonomy, dont nous vous parlions il y a presque un an avec ses Zoe autonomes à Boston. Les débuts des tests sont toujours prévus pour 2018. C’est d’ailleurs ce même Delphi qui a signé avec Transdev cet été un partenariat pour des tests de voitures autonomes en route ouverte sur Rouen et Paris-Saclay.

Au delà des polémiques récurrentes sur la place de l’automobile individuelle à Paris, la ville aime se positionner au centre de l’innovation des mobilités au sens large : scooters électriques sans bornes, multitude de systèmes d’autopartage, grand prix de Formule Electrique, courses de voitures autonomes encore les nouveaux Vélib en partie électriques…  La liste est longue et se densifie tous les jours. Reste à devenir suffisamment convaincant pour entamer une réelle transition et dépasser enfin le pallier de la niche actuelle. La qualité de service des transports en commun demeure primordiale et sera le véritable levier de la révolution des transports en ville.

 

Avec les taxis volants, le Paris de 2040 rejoindra-t-il un jour la vision de celui de 1883 ?

 

 

 

 


Alexandre Mahé

Alexandre est consultant en stratégie automobile au sein de l'agence Argus Conseil. Après un parcours réussi chez un grand constructeur automobile et un institut d'études international, Il apporte sa double expérience automobile et innovation pour détecter et analyser les grands mouvements du secteur.


Tony Greaux

Tony a une large expérience dans l’univers automobile. Il rejoint le pôle Go Between du groupe Argus en tant que consultant. Il a auparavant géré le pôle Brand & Ad automotive de TNS Sofres, et y a animé les grands comptes du secteur.


Laisser un commentaire