Les bus autonomes: quand on arrive en ville !

Par Tony Greaux | Le mardi 7 février 2017

Dans la course à « la-mobilité-urbaine-électrique-et-autonome », les déclarations d’intention se sont rapidement transformées en tests pour un déploiement désormais imminent. Entre Sea Bubble, Navya et Easy mile, les villes cochent toutes les cases de la modernité avec un empressement non dissimulé.

70% de la population mondiale vivra en ville en 2050, c’est ce que prévoit l’OCDE. C’est l’une des plus lourdes tendances d’évolution de nos sociétés avec la transformation digitale que nous traiterons prochainement sur ce blog.

Cette ligne d’horizon est cependant assombrie par les questions de pollutions et d’encombrements dans les centres urbains. Aussi, les solutions de mobilité douces ont le vent en poupe !

En matière de minibus autonome, c’est un cocorico qui faut adresser à 2 futurs champions :

Easy Mile

A ma gauche Easy Mile, le toulousain. Ce dernier aura le privilège de tester ses navettes EZ10 à Paris pour un trajet entre la gare de Lyon et la gare d’Austerlitz. Alors que Ligier faisait déjà partie du tour de table, Alstom vient de mettre 14 millions d’euros pour permettre à la petite société de se développer. Dubaï, Oslo, Helsinki, Tokyo sont déjà intéressées pour voir cette curiosité se dandiner dans leurs rues.

Le trajet test entre la Gare de Lyon et celle d’Austerlitz fera plus d’un kilomètre pour une vitesse de 10 km/h. les piétons auront donc largement le temps de l’admirer 😉

 

 

Navya

A ma droite le lyonnais Navya, et sa navette Arma. Nous parlions de cette startup ici parmi les plus grosses levées de fonds de nos startup françaises en 2016. Navya a impressionné lors de son passage au CES 2017 à Las Vegas.

Avec 34.1 millions d’euros la Startup doit maintenant assurer son développement avant que d’autres opérateurs ne viennent s’intéresser à cet appétissant gâteau.

Navly est en circulation depuis l’automne dernier à Lyon dans l’éco-quartier Confluence.

Alors à quoi peut on s’attendre ?


Tony Greaux

Tony a une large expérience dans l’univers automobile. Il rejoint le pôle Go Between du groupe Argus en tant que consultant. Il a auparavant géré le pôle Brand & Ad automotive de TNS Sofres, et y a animé les grands comptes du secteur.


Laisser un commentaire