L’ébullition actuelle des mobilités urbaines : où en est-on ?

Par André-Michel Ayiffon | Le vendredi 14 septembre 2018

Qu’entendons-nous par « mobilité urbaine » aujourd’hui ?

La mobilité et notamment le transport des personnes est devenu un sujet crucial les dix dernières années. À tel point que les secteurs public et privé investissent des sommes colossales pour remédier à l’amélioration des services de transport et la réduction de l’empreinte écologique.

Transition énergétique, hausse de l’urbanisation et de la population urbaine en parallèle, sont des facteurs majeurs expliquant la préoccupation de se déplacer facilement et proprement. Mais un troisième élément vient compléter le podium et qui n’est pas des moindres : le développement des technologies.

Aujourd’hui nous connaissons tous des applications comme Uber, Taxify ou Chauffeur Privé qui proposent des services de mobilité à la demande avec chauffeur. Or une nouvelle tendance émerge dans les rues de Paris et dans d’autres grandes villes comme San Francisco, Londres, Bruxelles, ou Berlin par la présence d’une multitude accrue de moyens de transport à la demande. Certains d’entre vous se sont probablement déjà confrontés aux vélos jaunes d’Ofo, ou son concurrent Mobike, errant les trottoirs parisiens et des autres capitales européennes, aux trottinettes de la jeune start-up Lime ou encore aux scooters électriques Cityscoot. Le principe de ce type de plateformes est très simple. Prenons comme exemple Ofo. Possédant un compte sur son smartphone, l’utilisateur loue, par paiement en ligne, un vélo qui se trouve dans un rayon proche de lui. Contrairement aux Vélib’, Ofo permet à ses utilisateurs de laisser (presque) n’importe où leurs vélos. Cela rend ce type de mobilité encore plus flexible et moins contraignante.

Les applications de mobilité multimodale : 

Force est de constater qu’aucune de ces plateformes, vues précédemment, ne propose des suggestions de trajets multimodaux. C’est dans cette configuration que Citymapper entre en jeu. Cette application (concurrente directe de l’app RATP officielle), créée en 2011 aux Etats-Unis par un ancien ingénieur de Google, propose une mobilité sur mesure pour ses utilisateurs. En effet, ce service affiche tous les modes de transport entre un point A et un point B, comprenant les transports en communs, certains VTC et Taxis, les systèmes de vélo en free-floating et mêmes les nouvelles trottinettes connectées. On peut donc facilement y comparer les prix de chaque trajet, quel que soit le mode de transport et voir en temps réel les différents types d’itinéraires pour se rendra à destination. Dommage que le parcours client n’aille pas jusqu’à la transaction pour le moment.

Joyn Joyn, récemment lancée en Belgique est un assistant personnel de mobilité. Sur le même mode de fonctionnement que Citymapper, l’application permet aux usagers de conjuguer, comparer et suivre en temps réels tout type d’itinéraire et de transport au tour de soi. Il est également prévu d’intégrer sur l’application la possibilité de payer et conserver un ticket de transport en commun prochainement.

 

 

Les applications multimodales avec paiement :

C’est en Belgique que les plateformes de mobilité avec paiement vont peut-être révolutionner la notion même de « mobilité ». Conçue au sein du Lab Box, filiale de D’Iteren Auto (importateur de Volkswagen en Belgique), Pikaway se présente comme le futur de la mobilité urbaine. Cette application, fonctionnelle sous forme expérimentale à Anvers pour l’instant, va non seulement aider ses clients à trouver une large palette de moyens de transport à l’image de Citymapper ou Joyn Joyn mais va aller bien plus au-delà. Elle permettra de réserver, acheter ou louer la mobilité tout simplement sur un même et seul écosystème. Toute sorte de mobilité y est concernée : voitures partagées, scooters, vélos, VTC et transports en commun. Cependant la possibilité de payer un ticket de bus ou de métro n’est pas encore évoqué dans les services de l’application. Ce parcours « tout en un » était evoqué par Thierry Mallet, CEO de Transdev pendant notre entretien avec lui l’hiver dernier.

Conscients des enjeux économiques et environnementaux qu’engendre la mobilité urbaine notamment de courte distance, les VTC Taxify et Uber se lancent à leur tour dans l’offre de mobilité multimodale.

La fleurissante start-up estonienne Taxify supportée par le mastodonte chinois Didi a lancé le 6 septembre dernier à Paris ses propres trottinettes électriques sous le nom de « Bolt », disponibles en libre-service et a l’intention de poursuivre le même type d’offre pour les vélos. Cette application est à part et ne fait pas partie de l’application Taxify. Il n’est donc pas possible de réserver un taxi ou une trottinette sur la même interface utilisateur.

 

 

Uber, quant à lui, va plus loin que son concurrent estonien. Très connu pour ses VTC et ses livraisons à la demande à vélo, le géant américain va bientôt intégrer dans sa plateforme le mode « Switch ». Et pour cause, l’entreprise américaine a racheté la start-up Jump exploitant des vélos électriques en libre-service et a affiché récemment ses ambitions de développer ses propres trottinettes électriques. Le mode Switch (disponible uniquement aux Etats-Unis pour l’instant) va donc permettre aux utilisateurs de se déplacer par trois moyens de transport : VTC, vélos et trottinettes, le tout accessible sur la même application.

 

 

Next steps :

Chaque jour la mobilité du dernier kilomètre (de proximité) devient une réalité concrète.

Ce marché en expansion, touche l’ensemble des prestataires de transport qu’ils soient publics ou privés. Malgré l’adoption de nouvelles normes environnementales les acteurs du marché des transports ne cessent d’innover et repenser la mobilité de demain par des concepts disruptifs.

Quelles seront les nouvelles étapes à franchir pour aboutir à une mobilité encore plus efficace et bénéfique tant pour les utilisateurs que l’environnement ?

On peut d’ores et déjà constater 3 types de mobilités bien ancrées dans les usages quotidiens de courte et voire de longue distance :

La prochaine marche à gravir sera très probablement la mobilité autonome, englobant naturellement l’électrification, le partage et la connectivité. Nous irons donc en ce sens interroger prochainement le fleuron Navya pour en savoir plus sur ce point!

 

 


André-Michel Ayiffon

André-Michel, passionné des nouvelles technologies, s'intéresse à l'impact que ces dernières auront sur le secteur automobile grâce à sa formation en commerce et stratégies internationales.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.