Les Smartphones et les Tablets au service des armées

Par Eric Saint-Frison | Le jeudi 14 juillet 2011

En ce 14 juillet 2011, j’ai choisi de vous proposer à la lecture cet article du Point.fr. Une démonstration de plus que les outils mobiles sont partout et le seront de plus en plus.

Adieu cartes, compas et talkies-walkies, les GI passent à l’iPad. Ou à Androïd. Ou au BlackBerry. Le gagnant n’a pas encore été désigné, mais toutes les catégories de smartphones et de tablettes tactiles sont actuellement testées en situation de combat. Les essais ont lieu depuis le 6 juin, dans les camps d’entraînement de White Sands au Nouveau-Mexique et Fort Bliss au Texas. Ils doivent durer six semaines, à l’issue desquelles l’armée américaine désignera l’élu, le nouvel outil qui rejoindra le paquetage des soldats.

En 2010 déjà, l’armée américaine manifestait son intérêt pour ces technologies. Malgré les rumeurs concernant un potentiel contrat avec Apple, l’armée a décidé de prendre le temps d’étudier le marché dans son ensemble. Sur un plan purement pratique, l’utilisation de ces technologies dans les zones de combat pourrait s’avérer compliquée. Les smartphones présentent quelques défauts non négligeables, parmi lesquels la visibilité réduite dans un environnement ensoleillé, la durée de vie de la batterie ou simplement la couverture réseau.

Ces nouveaux outils n’ont toutefois pas pour but de remplacer les traditionnels postes de radio. Ils viendront simplement optimiser l’utilisation de ces derniers. Les soldats se serviront de leurs smartphones pour envoyer des SMS descriptifs de la zone dans laquelle ils se trouvent. Ils pourront aussi transmettre des photos, avoir recours à la localisation par GPS, stocker des cartes et écrire leurs rapports. « Ces jeunes soldats ont grandi avec cette technologie. Elle leur est très familière », déclare à CNN Michael McCarthy, l’un des directeurs du programme. Outre le fait que les militaires sont déjà formés, l’utilisation de smartphones présente un autre avantage pour l’armée, celui du coût. « C’est bien moins cher d’acheter des outils qui ont déjà été développés que de les développer nous-mêmes », reconnaît McCarthy.

Trois cents modèles de smartphone testés

L’armée américaine réfléchirait aussi à un programme basé sur la réalité augmentée, qui combinerait des données GPS et des images pour obtenir des informations sur une localisation. Plus de trois cent modèles de smartphone (Android, iPhone, Windows Phone…) ont été testés, associés aux tablettes tactiles de chez Apple, Dell et Hewlett-Packard. Selon McCarthy, « ils sont tous assez bons ». Reste le problème majeur de la sécurisation des communications. Sur ce point, l’armée reconnaît que ces produits de grande consommation ne présentent pas encore tous les paramètres nécessaires au cryptage des informations. L’utilisation d’une « antenne-valise », qui permet une connexion portable et locale, devrait limiter les risques d’interception.

Les premiers soldats armés de ces nouvelles technologies devraient être envoyés sur le terrain d’ici à la fin de l’année. En Angleterre, l’utilisation de tablettes tactiles à l’entraînement est aussi à l’étude. À Singapour, les nouvelles recrues sont d’ores et déjà équipées d’iPad.


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Laisser un commentaire