Le Web mobile aussi a son Prime Time

Par Eric Saint-Frison | Le jeudi 4 août 2011

Via un article du JDN j’ai découvert une étude de la société Adfonic (régie publicitaire pour mobiles) qui a identifié un usage massif du web mobile en soirée, à un moment où l’audience Internet traditionnelle a fortement décru. Et où les consommateurs sont censés être devant leur télévision.

Globalement, l’utilisation du web au cours de la journée suit un schéma connu qui voit un usage en hausse au moment du déjeuner, un tassement dans l’après-midi  et une baisse régulière en soirée (présence des individus devant leur poste de  télévision, encore non connecté au web pour la plupart).

L’activité sur le web mobile suit de son côté une courbe très différente.

Les études montrent que l’activité des mobinautes connait une forte accélération après 18h, et continue à augmenter jusqu’à son pic un peu avant minuit.

Cette croissance importante de ce que Adfonic qualifie de “sofa-surfing” devant la télévision connait une intensité encore accrue pendant les pauses publicitaires ou entre les programmes.

« Les statistiques Adfonic identifient également un pic d’activité au réveil et dans les transports, avec un nombre important d’utilisateurs visitant les sites d’information et réseaux sociaux dès le matin depuis leur terminal mobile. », déclare Frederic Dumeny, Responsable France d’Adfonic.
La plupart des utilisateurs de Smartphones communiquent en Wifi en soirée, qui se traduit par un nombre élevé de téléchargements d’applications. Cette tendance s’inverse tôt le matin, lorsque les utilisateurs sont dans les transports car les connexions sont de moins bonnes qualités. Les Smartphones et tablettes offrent un accès Internet instantané, les positionnant ainsi comme appareil de premier choix pour les consommateurs.

Cette étude et cette analyse permettent de vérifier la complémentarité entre le web mobile et le fixe.

Cela met aussi en lumière l’évidence du besoin d’imaginer des alternatives aux campagnes de communication « tout TV » et de réfléchir pour les annonceurs (les constructeurs automobiles par exemple) à des campagnes mixant intelligemment les outils web (fixes ou mobiles) avec les campagnes télévision, toujours efficaces certes, mais tellement chères. Et surtout, c’est la démonstration que le marketing générationnel n’est pas une option, c’est une obligation. Intégrer des outils différents, complémentaires permettant de parler à des cibles de générations différentes ayant une consommation media très diverse.


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Laisser un commentaire