Le SMM (social media marketing)

Par Eric Saint-Frison | Le lundi 10 janvier 2011

Le concept de “Web 2.0” a été initialement inventé pour décrire l’évolution d’Internet comme médium de communication et d’échange.

A l’origine, le web était statique, c’est à dire que l’on venait y trouver une information « inerte », sans interaction avec quoi que ce soit d’autre et encore moins avec qui que ce soit. En fait on venait lire des pages d’information.

Et le Web 2.0 est arrivé. Il a vu la naissance des échanges entre internautes et donc le début des réseaux de relations sociales sur la toile, ayant ensuite donné naissance aux réseaux sociaux type LinkedIn, My Space et Facebook.

Aujourd’hui Internet est devenu un lieu de rencontre et d’échange pour un nombre toujours grandissant d’utilisateurs, d’horizons sociaux-économiques très variés, qui veulent se « connecter » avec d’autres.

Les statistiques de ce phénomène parlent d’elles même : 350 millions de profils Facebook ACTIFS en 2009, plus de 500 millions mi 2010, sans doute plus de 600 millions cette année. Et la Chine (1,3 milliards d’habitants) n’y a toujours pas accès !

Plus de la moitié de ces profils se connectent tous les jours et le temps passé sur les réseaux sociaux de tous types ne cesse d’augmenter.

Twitter aurait atteint en ce début 2011 les 160 Millions d’utilisateurs avec une augmentation majuscule du nombre de comptes mais surtout de l’activité d’envoie de messages.
Le Figaro.fr analyse le phénomène de la façon suivante :

Cela représente aussi un atout pour les marques : «La part croissante d’informations personnelles disponible rend plus facile pour les entreprises de cibler les individus selon leurs intérêts, profession ou localisation

L’implication des marques et des entreprises a acquérir ces clients actifs du web est de plus en plus forte. Les investissements réalisés à ces fins augmentent sans cesse.

Le concept de « SMM », ou « Social Media Marketing » est maintenant disséminé dans toutes les grandes entreprises.

Et ceci avec la certitude que cela permettra un recrutement de clients de manière plus efficace, plus affinitaire et surtout bien meilleur marché.

De nombreux observateurs et experts du commerce pensent que l’alternative à laquelle les entreprises seront confrontées dans un avenir très court à propos de ce « SMM » sera de faire ou de disparaître.

Cette position est de mon point de vue excessive pour les métiers de la distribution automobile, sachant qu’il est d’abord nécessaire pour beaucoup de distributeurs de construire la première pierre de l’édifice web, le site et la stratégie qui l’accompagne, avant que de se lancer dans la mise en place d’outils plus complexes.

Malgré tout, il est aussi évident que quel que soit l’état d’avancement des travaux chez les uns ou chez les autres, ignorer le web 2.0 serait vraisemblablement suicidaire.

Ma propre lecture est que, de la même façon que Internet a évolué vers un medium de communication puissant, le temps est arrivé pour les distributeurs de rentrer dans le monde du 2.0 actif.

Et je ne vois pas cela comme une révolution, mais bien comme l’évolution normale de vos business.

Dans les révolutions,  le nouveau fait table rase de l’ancien. On jette tout, même le bon ! Cette attitude n’est pas très rationnelle et donc elle n’est pas la bonne.

Dans le cas d’une évolution, on aménage l’existant au fil de l’eau, en l’adaptant en temps réel a un environnement changeant.

Et dans le cas d’Internet, ces changements sont fréquents.

Vos clients sont connectés avec le marché, avec vos concurrents, avec des sources d’informations toujours plus variées, et ils sont maintenant connectés entre eux. Cela aura des conséquences, maintenant pour certains, plus tard pour d’autres. Mais il est certain que le distributeur de demain sera au moins en partie en « version 2.0 », c’est à dire en ligne avec son marché, ses prospects, ses clients s’il veut exister.

Si vous faites parti de ces distributeurs qui pensent que je ne fais que confirmer ce qu’ils pensent, alors vous êtes sans doute déjà en phase de construction de votre stratégie « SMM ».

Si à l’inverse vous êtes convaincu que le Web 1.0 (juste de l’information froide et inerte) est encore l’unique solution, alors effectivement le «SMM» vous sera totalement inutile, autant que certains outils CRM traditionnels fournis par vos constructeurs ou que ces leads (contacts) qui ne sont pas exploités.

Je ne pense pas que le choix du web 2.0 vous fasse vendre beaucoup plus de véhicules neufs ou d’occasion demain matin, par contre j’ai l’intime conviction que ceux qui auront anticipé la mise en place d’outils interactifs, de dialogue, d’échanges et d’information dynamique avec leurs clients et prospects auront un avantage compétitif irrémédiable dans l’avenir.

Car ils communiqueront plus vite, mieux et pour beaucoup moins cher que leurs concurrents.


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Laisser un commentaire