Auto Net Le blog des professionnels de l'Automobile sur Internet

Le marketing de la victoire : « Win on Sunday, Sell on Monday ! »

Par Eric Saint-Frison | Le vendredi 7 mars 2014

Cela fait bien longtemps que certaines marques automobiles et leurs partenaires/sponsors on fait du vieil adage du marketing sportif, basé sur la victoire « Win on Sunday, sell on Monday » (gagner le dimanche, vendre le lundi), leur leitmotiv.

D’autres continuent tristement d’affirmer que cela ne sert à rien. Sans doute parce qu’elles n’en ont pas (plus) les moyens ou tout simplement car elles n’ont pas confiance dans leur potentiel technique.

Il est aussi vrai que la pression mise par les autorités, les associations de prévention ou les organismes de contraintes tels que le BVP en France n’ont pas aidé à développer des communications passionnelles et ambitieuses qui visent à simplement faire rêver les TRÈS nombreux fans de belles voitures au travers de l’imaginaire du sport auto et de la course.

Ignorer les millions de téléspectateurs devant leur poste de télé à chaque grand prix, les centaines de milliers de spectateurs de chaque grande course comme Le Mans, Daytona, Spa ou Indianapolis par esxemple, les quantités gigantesques de passionnés des rallyes internationaux, nationaux ou même régionaux, ces gens qui ne voient l’automobile que comme un sujet émotionnel, c’est ignorer le pouvoir d’attraction qu’à encore le sport auto sur une grande partie de la clientèle, et donc le pouvoir de conviction que des succès peuvent apporter aux marques. Certes les échecs font partie du sport auto et sont eux aussi très visibles mais les fans sont conscients que l’engagement est déjà la démonstration d’une compétence technologique. « Win on Sunday, sell on Monday »  ou « Race on Sunday, sell on Monday » reste donc valide.

Je vous propose donc un petit tour (non exhaustif) de ces marques qui affichent un véritable goût pour la compétition et qui le font savoir :

Commençons avec cette géniale publicité allemande, pour l’Audi RS6 Quattro qui l’été dernier capitalisait sur les victoires au Mans. Le parallèle entre la voiture de course et la voiture de route est tout simplement parfait.

Sebastien Vettel, au service de son sponsor Total. Transcription un peu basique mais efficace.

Michael Schumacher, restera à jamais un gigantesque champion et aussi un personnage très utilisé par ses sponsors dans de nombreuses publicité. Celle-ci, le faisant interagir avec Nico Rosberg, au bénéfice de Mercedes, leur employeur de l’époque, a une signature révélatrice : ‘Racing is a state of mind », « La course auto est un état d’esprit ».

Ferrari a aussi beaucoup investit dans les parallèles entre sport auto et production « industrielle ». Celle-ci qui a quelques années a dû couter (très) cher.

Citroen a beaucoup utilisé l’image de son nonuple champion du monde Sebastien Loeb. Celle-ci date de son 7 ème titre.

Peugeot (à l’époque des victoires du Mans) avait également intégré cet esprit course dans ses communication. Chose impossible aujourd’hui …

Et enfin VW, qui maintenant peut exploiter son tout nouveau champion du monde des rallyes, Sébastien Ogier.

La passerelle entre le sport automobile et le commerce auto a donc encore de beaux jours devant elle. Et les ventes du lundi seront encore influencées par les victoires ou les courses du dimanche : « Race on Sunday, sell on Monday » !


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Laisser un commentaire