Auto Net Le blog des professionnels de l'Automobile sur Internet

Google Car : Un logiciel officiellement considéré comme un conducteur !

Par Eric Saint-Frison | Le jeudi 25 février 2016

Google Car et voitures autonomes : Le conducteur est il obsolète ?

Laissez moi vous présenter une espèce sans doute en voie d’extinction : Le conducteur d’une voiture.

Je ne peux pas dire que cela me fasse plaisir, mais le constat est réel. Nous observons un phénomène irréversible : la voiture autonome et le conducteur assisté.

Logiciel Google Car considéré comme conducteur

Aux USA, un logiciel est désormais qualifié d’automobiliste : Une révolution dans le monde automobile mais également dans la définition des actions et du rôle des humains par rapport aux machines.

Certes nous ne sommes pas encore dans la robotisation complète de nos voitures, mais nous nous en rapprochons pas à pas. Et plus vite que nous ne le croyons.

Il y a quelques jours dans un communiqué de l’agence de presse  Reuters nous apprenions que la NHTSA, National Highway Traffic Safety Administration, l’équivalent de notre Sécurité Routière, a accordé à un logiciel le statut officiel de conducteur !

NHTSA qualifie le logiciel de la Google Car de conducteur

L’agence a donc très officiellement qualifié de « conducteur » l’ordinateur de bord de la voiture autonome « Google Car », testée par la firme depuis plusieurs années en Californie au départ de leur siège de Mountain View.

De plus en plus d’experiences de véhicules autonomes.

Selon nos compréhensions et convictions personnelles, il s’agit soit d’une brique de plus dans la production d’une voiture 100% autonome destinée à la mobilité des personnes soit d’une faille de plus dans le rôle de l’humain dans son environnement quotidien.

Avec cette nouvelle, c’est toute la R&D de Google dans le cadre de son logiciel de conduite autonome qui vient de recevoir le crédit de l’autorité de régulation américaine. Et la Google Car, cette voiture rigolote, va connaître une réelle accélération de ses évolutions grâce à cette nouvelle latitude d’essais en mode autonome réel.

Comme Mercedes Benz a pu le commencer au Nevada en recevant il y quelques mois une autorisation pour tester un camion (un gros !), un Freightliner, sur la route en mode autonome. Mais avec un conducteur derrière le volant, au cas ou …

Mercedes camion autonome Nevada

Et c’est la porte ouverte à la généralisation du système de conduite autonome de Google dans d’autres véhicules, d’autres marques qui pourraient saisir là l’opportunité de gagner beaucoup de temps et d’argent en utilisant le 1er logiciel de conduite autonome labellisé et autorisé. Voir de rattraper le retard pris. Et ces marques qui comptent du retard se comptent en grande quantité.

Il existe 6 niveaux de voitures connectées, de fonctions élémentaires à l’autonomie totale. Les 3 premiers (dont le niveau 0) font déjà partie de notre vie de tous les jours, les 3 autres sont à venir. Et vite …

6 niveaux de voiture connectée ou autonome

Et maintenant, comment la voiture autonome va-t-elle se déployer ?

Il reste de très nombreux obstacles à la généralisation de ce systèmes et surtout des failles (des gouffres) juridiques à combler.

C’est d’ailleurs la que se situe le plus gros challenge de l’avenir. La technique sera totalement prête et efficace d’ici à 2020. Mais nos législateurs le seront ils ? Il est plus que vraisemblable que les voitures autonomes seront disponibles bien avant que les administrations aient terminées leurs travaux.

Et quid des problématiques sécuritaires comme nous le commentions dans ceta article il ya quelques jours.

Sécurité informatique et voiture autonome

 

L’étude Cetelem, Observatoire de l’automobile 2016 centrée sur la voiture autonome.

Ce sujet des voitures autonomes, connectées et « intelligentes »  est certainement celui qui va le plus occuper les journaux et blogs de notre univers dans les années à venir. Car il ne s’agit pas d’une petite évolution mais d’un changement aussi fondamental que celui qui nous a fait passer du cheval (à crottin) au cheval vapeur.

C’est d’ailleurs le sujet central de l’étude annuelle de l’observatoire Cetelem que je vous conseille vivement de lire ci-dessous et que vous pouvez télécharger :

Etude Obseravatoire de l'automobile du Cetelem 2016


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Laisser un commentaire