Google Home et l’IA dans l’automobile

Par Tony Greaux | Le mercredi 13 décembre 2017

Les Numériques ont annoncé cette semaine que Monoprix s’apprêtait à utiliser Google Home comme interface de courses en ligne. L’IA (intelligence artificielle) : une vraie révolution du retail. Quelles perspectives et opportunités pour l’automobile ?

La voix sera la prochaine grosse révolution de l’internet

A date, nous nous sommes habitués à écrire nos demandes dans des moteurs de recherche. Au fil des années nous avons même totalement intégré le fait de mettre les mots dans tel ou tel ordre pour optimiser, préciser ou élargir nos recherches. Il va falloir changer nos habitudes. C’est en tout cas ce que dessine les toutes dernières inventions de l’internet des objets. Et la révolution s’appelle la voix. 20% du total de recherches aux US en Mai 2016 étaient déjà effectuées depuis la voix, un chiffre qui peut sembler énorme. En tout cas, la progression est constante, même en France :

Technologie prête, business déjà à l’affut

Après les brillantes et moins brillantes démos de SIRI, de Alexa ou d’Hana pendant le dernier CES, il semble temps de passer au choses sérieuses. Je veux dire le business. En France, c’est Monoprix qui tire le premier en s’associant à Google Home dans une interface qui permet de dicter ses courses. D’accord, pour le moment il ne s’agît que de faire sa liste de courses. A très court terme, en revanche, il sera possible de commander comme c’est le cas au USA avec le géant Wal Mart. Il restera à traiter le point clef de la signature et du paiement : signature vocale, confirmation par SMS….

On parle là d’un système apprenant. Il sera capable de suggérer le renouvellement de vos produits préférés mais aussi de faire des suggestions. Qui dit « suggestions » dit donc espaces publicitaires que les marques seront sans doute prêtes à payer. Il faudra donc à nouveau sans doute acheter des mots clefs, des expressions clefs pour être bien référencées et être davantage poussées que la marque concurrente.

La voix remplacera t’elle le texte ?

IA

Le potentiel pour le marketing et les publicitaires

Selon une étude de  FutureSource deuxième trimestre de 2017, les enceintes assistantes vocales se sont écoulées à 4,2 millions d’unités dans le monde soit une croissance de 843% de ventes !

C’est Amazon qui domine largement avec sa gamme Echo et son assistant intelligent Alexa (60 à 90% selon les pays). L’offensive de Google et d’une dizaine d’autres acteurs va probablement rééquilibrer le marché en même temps qu’elle va le faire grossir. Les prochaines périodes de fêtes en témoigneront sans aucun doute.

Acheter des espaces de voix risque ainsi de devenir la nouvelle course au temps de cerveau disponible pour les agences de com’ et les annonceurs. Chaque marque devra sans aucun doute développer son registre d’expressions clefs, un ton et probablement travailler sur des noms de produit en imaginant que ceux -ci doivent être dictées par  monsieur ou madame tout le monde à des enceintes connectées ou bien formulés par ces mêmes appareils.

IA

Et dans l’automobile ?

L’automobile n’est pas en reste. C’est lors du dernier CES 2017 que l’offensive a été lancée. 

La particularité c’est que l’intelligence peut être à la fois on board (comme le propose Hana de Honda) et off board (Google Home par exemple). Et parfois les deux comme Alexa d’Amazon qui a été intégrée dans les véhicules Ford! L’IA est donc omnisciente : à la maison, sur vous et enfin dans votre voiture. Les constructeurs, distributeurs, vont devoir tenir compte de ce nouveau point de contact qui va rapidement s’avérer comme clef car jouant sur l’hyper proximité avec le client.

A quel point sommes nous capables d’accepter une nouvelle intrusion ? Cela dépend probablement de la dose de services disponibles et pertinents que seront capable de rendre ces boitiers. Mais si, à la voix, il est possible de préparer son trajet, de prendre rendez-vous pour l’entretien, d’obtenir des conseils personnalisés… Si par ailleurs, les constructeurs saisissent l’opportunité d’être plus transparents sur des informations clefs qui aujourd’hui font défaut comme les prix, les consommations réelles etc…alors il y a fort à parier que les barrières vont tomber.

Sinon..sinon ce sera juste la réinvention du poste de radio qui diffuse de la publicité en continue et avec qui on aura l’illusion de converser.

Il est à noter que la CNIL délivre tout de même un certain nombre de précautions au vu des quelques dérapages dont la presse s’est faite l’écho depuis quelques semaines.

 

 

 


Tony Greaux

Tony a une large expérience dans l’univers automobile. Il rejoint le pôle Go Between du groupe Argus en tant que consultant. Il a auparavant géré le pôle Brand & Ad automotive de TNS Sofres, et y a animé les grands comptes du secteur.


Laisser un commentaire