Google Car, la voiture robotisée : fantasme ou réalité ?

Par Eric Saint-Frison | Le mercredi 13 octobre 2010

Google a surpris son monde en annonçant que la firme californienne était en phase de test d’un véhicule entièrement robotisé et autonome dans ses déplacements : la voiture sans chauffeur, rien de moins.
Les approches précédentes étaient toutes du domaine du spectacle, du cinéma ou au mieux du pseudo concept-car, dont voici quelques illustrations:
Christine et ses instincs néfastes :

La Batmobile, beaucoup plus gentille :

Ou encore la Lexus 2054 de minority report :

L’annonce d’une telle nouvelle, d’un tel scoop, sans prêter attention aux évènements professionnels, donc aux antipodes du Mondial de l’Auto de Paris, démontre à quel point les têtes pensantes de Mountain View (le siège de Google) sont éloignées des contingences du monde industriel « de base ». Il semble que personne ne se soit posé la question de savoir si une telle nouvelle pouvait ou non être annoncée lors d’un évènement majeur du monde auto traditionnel ou si une telle annonce pouvait provoquer une frénésie chez les journalistes automobiles un peu frustrés du manque de vraies nouveautés présentées au salon cette année.

Si vous regardez bien, chez Google, les Audi TT et Toyota Prius modifiées pour cette recherche sont beaucoup plus qu’un simple prototype de laboratoire.
Les voitures utilisent une combinaison de radars, de capteurs laser et de caméras vidéos pour détecter et analyser l’ensemble des éléments liés à la route et au trafic.

Le tout lié à l’ensemble des données cartographiques de Google Map, Google Trafic. Un ensemble cohérent et efficace;
Ces véhicules ont déjà parcourus plus de 140 000 kms de roulage en trafic réel !

Sebastian Thrun professeur des sciences informatiques et directeur du laboratoire d’intelligence artificielle de l’université de Stanford, annonce que la voiture Google a démontré une immense sécurité grâce à sa capacité à obtenir par anticipation les informations de son environnement.
Les routes et les conditions de circulation étant enregistrées et modifiées en temps réel, la Google Car peut réagir beaucoup mieux et beaucoup plus vite que le conducteur humain.

Tous les véhicules de test avaient un ingénieur / superviseur dans le siège passager, capable aussi de reprendre la main sur le robot en cas de défaillance ou de problème.
La police avait été avertie des essais.
L’idée de Google est de créer des « trains ou convois autoroutier » visant à réduire le nombre d’accidents mortels de moitié.
Chaque véhicule réagissant en fonction d’éléments se déroulant devant lui, mais à la différence de l’être humain, ces événements peuvent être enregistrés même lorsqu’ils se produisent plusieurs kms en amont de la position de la voiture. Cette anticipation permet donc une réduction importante de l’accidentologie, une réduction de la consommation de carburant (plus d’à-coups) et une amélioration des flux de trafic.

Et ceci couplé aux technologies actuelles d’aide à la conduite et de sécurité active représente l’arme ultime pour créer peut être une voiture durablement économe et presque totalement sure.

Ces voitures qui ne sont encore que des objets de recherche, démontrent quand même que nous ne sommes maintenant plus très loin d’une possible assistance totalement automatisée de la conduite.

Et cela à coûts réduits.

La voiture robotisée n’est donc plus un fantasme, elle est une possible réalité à échéances de quelques années.


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Un commentaire

Laisser un commentaire