Bienvenue dans la galaxie des nouvelles mobilités urbaines

Par Alexandre Mahé | Le mardi 21 mars 2017

En parallèle des investissements dans les voitures autonomes, l’explosion des nouvelles mobilités urbaines est l’autre hot-topic du secteur auto. Dans un marché en pleine ébullition, Auto-Net vous dévoile cette galaxie naissante.

Les nouvelles mobilités urbaines c’est un terme un peu générique englobant tous ces nouveaux services liés à l’usage automobile, principalement en ville. On y trouve entre autres l’autopartage (ex: Autolib), la location entre particuliers (Drivy, Ouicar…) ou encore le covoiturage (le tout puissant Blablacar) et les VTC.  Nous vous en parlons depuis quelques années avec l’arrivée de Drivy par exemple.

D’après les analyses de Frost & Sullivan , le nombre d’utilisateurs des services d’autopartage dans le monde devrait être multiplié par 4,5 en 10 ans avec une évolution de 8 à 36 millions de personnes entre 2015 et 2025. Une véritable ruée vers l’or débute!

(Frost & Sullivan, “Future of Carsharing Market to 2025”, Août 2016)

 

Une pluie de nouveaux acteurs

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le marché bouge vite, très vite ces temps-ci. Il ne se passe pas un mois sans annonce d’un nouvel acteur / fusion ou branche dédiée chez un constructeur. La sélection naturelle est également de mise avec quelques faillites et de nombreux rachats et rapprochements.

Nous avons donc tenté de vous aider sur Auto-Net, en cartographiant une partie de ces acteurs des nouvelles mobilités de l’autopartage et de la location. Gardez en tête que l’infographie est loin d’être exhaustive et que le secteur évolue à une vitesse incroyable. Le schéma sera sûrement obsolète d’ici quelques mois !

Au centre, nous avons choisi de représenter  les acteurs traditionnels, à savoir les constructeurs. On les voit de plus en plus entrer dans la danse en multipliant les partenariats et les solutions internes de mobilité. En périphérie, les acteurs indépendants dont certains sont devenus des mastodontes comme Uber ou BlaBlaCar.

 

De l’appartenance à l’usage en milieu urbain

Cette ébullition du marché découle naturellement d’une tendance forte: le taux de motorisation des ménages en hyper-centre ne cesse de décroître. Ainsi, en 2014 seuls 34% des parisiens intra-muros étaient motorisés (étude TNS-Sofres Parc-Auto) et le taux descend même à 23% chez les New-Yorkais de Manhattan! Les contraintes de stationnement, de coût, la pression politique et le développement des transports urbains expliquent cette tendance qui s’accentue d’année en année.

A partir de là, c’est un véritable eldorado pour toutes ces nouvelles solutions de mobilité qui comptent bien compenser cette baisse de motorisation des ménages et répondre présent quand ces derniers auront besoin d’utiliser une voiture.

Tous les types de business models sont représentés:  du B2C comme Autolib / Zipcar au C2C avec BlablaCar / Drivy et même du B2B un peu plus méconnu avec l’autopartage pour les entreprises (par exemple Ubeeqo, racheté récemment par Europcar). Certaines solutions tentent même de fusionner les catégories comme Gomore, venu tout droit de Scandinavie. En effet, l’app regroupe covoiturage, location de voiture entre particuliers et même location moyenne durée ! Ainsi, la promesse est simple: louez votre voiture entre 4 et 12 mois directement sur le site, puis rentabilisez vos loyers à 100% en prenant des covoiturés et louant votre voiture plusieurs jours par semaine. Malin ou contraignant ? L’idée est en tout cas rafraichissante.

Plus on se rapproche du centre-ville, plus le taux de motorisation des ménages est faible

Craignant d’être uberisés, les constructeurs entrent en piste

Les constructeurs regardent d’un oeil attentif cette agitation dans le secteur et craignent par dessus tout de se faire ubériser. Ils tentent ainsi de garder la main sur un secteur automobile dont les usages subissent actuellement leur plus grande évolution depuis plus d’un siècle. L’avènement de géants comme BlaBlaCar et Uber résonne un peu comme un acte manqué pour eux, devenus bien trop gros pour être rachetés. Ils passent donc désormais la seconde pour rattraper leur retard avec deux stratégies principales.

La première concerne le lancement de solutions internes comme MOIA par le groupe Volkswagen ou les services d’autopartage Car2Go de Daimler et DriveNow de BMW. Ces derniers ont d’ailleurs annoncé leur volonté de fusionner mais la réticence de Sixt, partenaire de BMW pourrait bien faire capoter le projet. Cela montre néanmoins qu’une taille critique est nécessaire pour assurer la rentabilité. A l’atomisation actuelle du marché se succédera une probable phase de consolidation du marché.

La seconde stratégie est le partenariat avec investissement financier. Il s’agit souvent avec de jeunes startups comme PSA et Koolicar mais parfois de solutions déjà bien installées comme GM et Lyft qui rivalise avec Uber aux USA.

Quand PSA fait de la mobilité un rouage essentiel de son plan d’action

Enfin, la mobilité est pour certains constructeurs au centre de leur stratégie marketing et commerciale. Au delà des investissements dans Koolicar et TravelCar, PSA a lancé sa marque Free 2 Move qu’elle ambitionne de devenir le fournisseur préféré de mobilité à l’échelle mondiale en 2030. On imagine Free 2 move un peu comme une appli couteau suisse de la mobilité. Cette dernière se permet même d’utiliser des data issues de fournisseurs concurrents comme Car2Go et DriveNow en Allemagne. Le service pousse également la captive de PSA via la mise en avant d’offres de LOA/LLD avec Free 2 Move Lease. Les opportunités de croissance semblent diverses et nombreuses.

L’enjeu de cette solution est tel que c’est via cette dernière que le groupe compte amorcer son retour aux USA ! Un retour par les services avant le produit, une stratégie audacieuse dont nous ne manquerons pas de suivre les effets et résultats.

Les constructeurs tentent de garder la main sur la mobilité urbaine

Dans cette jungle luxuriante des nouvelles mobilités, Auto-Net et GoBetween Conseil comptent bien continuer d’élaguer les lianes pour y voir plus clair. N’hésitez pas à contacter nos experts qui planchent en ce moment même sur le sujet.


Alexandre Mahé

Alexandre est consultant en stratégie automobile au sein de l'agence Go Between Conseil. Après un parcours réussi chez un grand constructeur automobile et un institut d'études, Il apporte sa double expérience automobile et innovation pour détecter et analyser les grands mouvements du secteur.


Laisser un commentaire