Argus conseil dévoile son étude Comportements Auto 2017

Par Tony Greaux | Le mercredi 24 janvier 2018

Argus Conseil dévoile son étude Comportement Auto 2017.

Les mutations des comportements d’achat des consommateurs dans le retail et leurs traductions avérées ou pressenties dans le domaine de l’automobile nous obligent à (nous) poser des questions sur les enjeux pour la distribution automobile.
Nous avons ainsi décrypté le comportement du client automobile sous 4 angles : l’achat, la revente, les relations avec la distribution automobile et la perception de l’avenir de l’automobile et de la mobilité. Nous présentons ici les principaux insights.

L’achat

En matière de carrosserie, le SUV (moyen, grand, petit) est toujours plus populaire au détriment des plus traditionnelles compactes, des polyvalentes et des citadines. On peut penser qu’à terme ces types de carrosserie vont se raréfier chez les marques généralistes, à l’exception des deux bornes de positionnement : premium ou low-cost.

L’offensive SUV sur 2018 continue puisqu’on attend de voir dans nos rues les récentes Hyndai Kona, Skoda Karoq ou encore  Kia Stonic.

Comportement auto

Cette SUVisation accompagne largement un autre phénomène : la « dédiesilastion ». Notre baromètre l’avait clairement anticipé et nous présenterons d’ici quelques semaine les résultats de la vague II du baromètre Energies de Argus Conseil.

Quelle place pour le retail ?

L’un des éléments qui agite le plus la « grande conso » et sans doute très rapidement le secteur automobile, c’est la vente en ligne. L’offre est balbutiante dans le secteur auto mais elle existe désormais, intégrant même la possibilité de réaliser son financement en ligne. Zanzicar, Briocar, Autosphere représentent assez bien ce nouveau canal de vente.

A la question êtes vous prêt(e)s à acheter votre véhicule totalement sur internet, les répondants ne sont que 15 % à dire être ouverts. 30% des répondants souhaitent toujours pouvoir essayer le véhicule pour valider l’idée d’une vente en ligne. Il est clair 15 %  de « favorables à la vente totale en ligne » cela reste minoritaire mais en vertu d’une loi qui dit que l’offre fait le marché, il est évident que cette part est appelée à augmenter. L’insight est ici donc à lire en sens inverse: il ne reste plus que 56% répondants rétifs à toute forme de vente en ligne.

Comportement auto

Enfin, lorsque l’on demande à notre panel quels sont les éléments susceptibles de les faire basculer vers de l’achat en ligne, la perspective d’un gain financier est clairement l’élément le plus fort. Mais ce n’est pas le seul puisque les distributeurs peuvent aussi miser sur les éléments de réassurance (garantie) ou les éléments de preuve (configurateur high-tech) dans une moindre mesure.

La revente

En cas de revente les particuliers se partagent assez équitablement entre revente à particuliers ou à professionnels

Comportements

La sécurité transactionnelle motive pour beaucoup la revente à professionnels (la décharge de responsabilité dans la revente et un échange avec un pro sont des éléments de confiance). À l’inverse, le gain financier et donc la perspective de revendre son véhicule à un prix plus élevé à un particulier est l’élément le plus fort qui guide vers une vente à particuliers.

En ce qui concerne la vente de particuliers à particuliers, nous avons vu fleurir de nombreuses offres d’outils d’aide et d’accompagnement aux démarches pour faciliter ce type de transaction et là aussi on peut sentir que l’offre n’est pas encore structurée. Des disrupteurs (Carizy, Kyump, Effycar,) se sont positionnés sur ce segment, de grands acteurs de l’assurance (Coach auto Maif) et il y a fort à parier que distributeurs et constructeurs lorgnent ce marché.

La distribution automobile

L’essai est la phase clef qui transforme le mieux vers l’achat. Mais selon notre étude elle est encore mal vécue par un quart de nos répondants. C’est sans aucun doute le domaine dans lequel il y a à la fois de grands enjeux de transformation et d’opportunités de se différencier.

Comportements

Lorsqu’on interroge sur la qualité des outils proposés en concession par rapport aux outils disponibles sur internet, là aussi, on peut identifier des axes de progrès sur les outils de configuration, de visualisation de la gamme pour pouvoir redonner de l’attrait à la visite en point de vente.

Comportements auto

La perception de l’avenir de l’automobile

Au moment où nous sommes abreuvés d’information sur l’innovation, les technologies embarquées, les alternatives de mobilités ; nous avons proposé à nos répondants de se prononcer sur leur vision de l’automobile. Trois possibilités leur étaient offertes :

Si l’automobile individuelle reste le vision la plus répandue, elle n’est partagée qu’à 63 % par notre panel. Nous avons donc un tiers de répondants qui voient à l’avenir une automobile en mode usage/accès. Dans ce cas, le l’achat/location d’un véhicule à temps plein est dépassé par la notion d’achat de « trajet ». La voiture devient en soi une commodité. Cette dernière tendance est naturellement plus présente dans les métropoles et centres urbains, là où le taux de possession de véhicules tend à stagner voire à diminuer

Comportements auto

Retrouvez notre étude complète ici


Tony Greaux

Tony a une large expérience dans l’univers automobile. Il rejoint le pôle Go Between du groupe Argus en tant que consultant. Il a auparavant géré le pôle Brand & Ad automotive de TNS Sofres, et y a animé les grands comptes du secteur.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.