Le chatbot de CarLabs : un nouvel outil pour les concessions ?

Par Marguerite Candelier | Le lundi 10 avril 2017

Un chatbot prénommé « Carla »

La start-up californienne CarLabs compte révolutionner les concessions automobiles avec sa messagerie instantanée Carla. Carla, c’est un robot, et plus précisément un chatbot. Ce chatbot est le premier destiné aux concessionnaires automobiles et qui fonctionne pour toutes marques confondues. Les chatbots conversent grâce à l’IA (l’intelligence artificielle) et ont aujourd’hui des rôles bien définis : les chatbots de services, de transaction ou encore d’entertainment.

Carla, c’est « l’ami(e) » du client qui connaît bien les voitures et qui aide le prospect à faire son choix de véhicule ou encore d’assurance auto. C’est pour le client potentiel un moyen d’obtenir des informations personnalisées sur sa requête sans se déplacer de chez soi. Pour les acheteurs perdus dans la masse d’information disponible sur le web, c’est un moyen d’affiner leur recherche.

Chatbot

La course à la data pour augmenter son taux de conversion

Au-delà d’apporter un support décisionnel pour le prospect, c’est surtout une opportunité pour les concessionnaires de capter la data. Ils peuvent en effet créer une base de données des attributs les plus désirés chez les véhicules. C’est aussi un moyen d’estimer le nombre de personnes qui envisagent l’achat prochain d’un véhicule. Ainsi, les concessionnaires pourraient plus facilement adapter leur offre. Si la collecte d’informations effectuée par le chatbot révèle par exemple une augmentation des recherches de véhicules familiaux, le concessionnaire peut alors proposer plus de véhicules de grand format.

CarLabs espère que le conversational marketing généré par son chatbot puisse augmenter l’engagement de la clientèle et son taux de conversion.

 

Quel avenir pour les commerciaux des concessions ?

Pour les enthousiastes de l’intelligence artificielle, les chatbots ne représentent pas forcément une menace pour la force de vente. En effet, un chatbot comme Carla permettrait au concessionnaire de se retrouver en face d’un prospect qui a déjà pu « débroussailler » le terrain grâce au chatbot.

Aussi, l’IA pourrait favoriser une relation de long terme, plus personnelle entre le vendeur et le client. Le vendeur deviendrait alors ‘personal shopper’, répondant à la recherche de confiance et de transparence chez les consommateurs.

Nos autres articles sur l’intelligence artificielle ici


Marguerite Candelier

Marguerite s'apprête à commencer un M.Sc en Management spécialité Marketing et s'intéresse aux mutations liées à la transformation digitale.


Laisser un commentaire