Bosch x Autotalks : la communication numérique entre motos et voitures

Par Morgan JÉGOU | Le lundi 26 juin 2017

L’équipementier allemand Bosch s’est associé à l’israélien Autotalks, spécialiste de la communications véhicule-véhicule (V2V) en conduite autonome afin de proposer une solution intelligente assurant la visibilité numérique des deux-roues.

 

Autotalks

Fondée en 2008, c’est une société israélienne de semi-conducteurs « fabless » qui conçoit des systèmes de communication « vehicle-to-everything » (V2X) destinés à être utilisés dans des véhicules autonomes. C’est une firme privée bénéficiant d’un solide soutien financier des principaux fonds mondiaux de capital-risque. Le siège de la société est en Israël à Kfar Netter, une petite communauté du centre du pays avec des bureaux en Amérique du Nord, en Allemagne, en France, en Suède, au Japon et en Corée.

Elle travaille avec les constructeurs et les équipementiers sur plusieurs projets de pré-développement qui étendent les capacités de la conduite autonome. Autotalks a notamment collaboré avec Audi AG pour développer des « antennes intelligentes V2X » et a commencé à les vendre aux équipementiers automobiles.

Un partenariat innovant

C’est un partenariat important qui vient d’être signé entre l’équipementier Bosch et Autotalks pour l’étude d’une solution B2X (Bike to Everything) dans l’optique d’une intégration chez le fabricant de moto italienne Ducati avec l’aide de la firme canadienne Cohda Wireless.

 

 

A la différence des autres acteurs du marchés de la communication V2V (véhicule vers véhicules), cette société propose du V2X, un jeu de puces qui peuvent relier les véhicules non seulement l’un à l’autre mais aussi aux infrastructures et aux personnes.

Cette communication en V2X s’appuie sur la norme WLAN ITS G5. Fonctionnant dans un rayon de plusieurs centaines de mètres et quelques soit la vitesse, les véhicules s’échangent jusqu’à dix fois par seconde des informations telles que le type de véhicules, sa vitesse, sa position exacte et sa direction.

Plus d’informations en image avec cette vidéo officielle en anglais de Bosch appelée « Bosch Motorcycle-to-vehicle communication. Get connected for greater safety on the roads »

 

Un très fort potentiel

En mars 2017, la société a recueilli 30 millions de dollars de financement en présentant la conformité de ses puces à une règle proposée par le ministère américain des Transports, sous la présidence d’Obama en décembre 2016 qui exigeait l’utilisation de la communication véhicule-à-véhicule sur toutes les voitures neuves. Notons, que les USA via la NHTSA avait déjà réfléchi en 2014 a une mise en œuvre de ce système à l’horizon 2017 chez tous les constructeurs moyennant un coût estimé à 350$ par véhicule. L’ex secrétaire d’État américain aux Transports Anthony Foxx est convaincu que le V2V permettra d’éviter jusqu’à 80 % des accidents.

Certains voient déjà en eux un futur Mobileye, une autre société israélienne de haute technologie qui développe des systèmes anti-collisions et d’assistance à la conduite de véhicules (ADAS). Acteur majeur dans le développement de la voiture autonome, elle fut rachetée en mars dernier pour 15 milliards de dollars par l’Américain Intel.

Un impact majeur sur les assurances ?

Il semble indéniable que le secteur de l’assurance va être affecté par l’introduction de cette technologie. L’impact à moyen et long terme sur l’industrie de l’assurance amènera certainement à des transformations profondes, mais il ne faut pas oublier la vraie raison : moins de sinistres, d’accidents, de blessures et de décès sur nos routes. En effet, la transmission de données V2X informera les conducteurs des situations dangereuses qu’ils ne remarqueraient en temps normal, les incitant à prendre des mesures d’évitement. Selon l’étude de Swiss Re et Here publié en 2015, intitulé « L’avenir de l’assurance automobile« , cette technologie pourrait potentiellement traiter 81% de tous les accidents impliquant des véhicules ce qui corrobore les propos de Anthony Foxx.

Conscient de cela, les assureurs se sont déjà engagé dans cette transformation. L’assureur bavarois Allianz propose déjà une baisse du montant des primes pour les propriétaires de véhicule semi-autonomes de 15%, estimant que la conduite assistée se traduit par une diminution des probabilités de sinistres. Mais, sans parler d’autonomie, la transmission de données en temps réel V2X vont permettre de réduire le nombre d’accidents, et donc le montant des indemnisations. Induisant une réduction des tarifs d’assurance et du montant des primes.

Une mutation et non une disparition

L’assurance ne disparaîtra pas car les particuliers devront toutefois s’assurer en cas de vol, de catastrophes naturelles, tempêtes, incendie ou de vandalisme. La réduction des risques devrait tout de même profiter aux assurés dont la baisse des primes d’assurance auto est estimée à 25% selon une étude KPMG.

Les assureurs ont donc encore de beau jours devant eux !

 


Morgan JÉGOU

Après deux ans passés au siège social de Tesla à Amsterdam, Morgan intègre l’Argus Conseil en qualité de consultant en stratégie automobile et digitale. Prédestiné par son prénom, c’est un amoureux de l’automobile depuis son plus jeune âge.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.