Après les Silver Surfers, les Baby Surfers

Par Eric Saint-Frison | Le mercredi 2 novembre 2011

Les dernières informations relatives à l’utilisation par les plus jeunes d’outils de communication très modernes confirment que l’avenir se prépare maintenant. Dans d’autres articles relatifs au marketing générationnel, j’insistais sur la nécessité de connaître avec précision les typologies socio-démographiques de vos territoires afin d’adapter de manière fine vos choix media aux profils dominants de vos zones de chalandises.

Une étude américaine publiée récemment et reprise dans le Figaro met en évidence un phénomène qui ne fera que se renforcer : les jeunes enfants sont utilisateurs massivement des écrans mobiles, Smartphones ou tablettes. Ces chiffres américains ne doivent pas fondamentalement s’éloigner des nôtres, les petits français ayant toujours consommés énormément d’images télévisuelles. Sans doute le chiffre d’équipement en télévision dans la chambre des très jeunes enfants américains sera très différent du nôtre (je l’espère !), mais le taux d’équipement des ménages français étant lui aussi très élevé, les grandes tendances de l’étude me semblent intéressantes pour notre marché.

Certes nous ne vendons rien au tous petits (Qui ont des parents et qui deviendront grands …), mais je souhaitais vous proposer cet article à la lecture car il préfigure à mon sens d’une évolution lourde et générale à laquelle vous devez vous préparer dès maintenant en intégrant le marketing digital dans vos stratégies de communication.

Dès leur plus jeune âge, les enfants Américains passent deux fois plus de temps devant des écrans qu’à lire des livres ou à écouter des histoires. Selon une vaste étude de l’organisation à but non lucratif Common Sense Media, qui a interrogé 1384 parents sur les pratiques de leurs enfants depuis leur naissance jusqu’à leurs 8 ans, les petits Américains passent chaque jour en moyenne 2h16 devant leurs différents écrans, alors que la lecture et la musique ne les occupent tout au plus qu’une trentaine de minutes.

Sans surprise, l’étude confirme le primat de la télévision, qui occupe à elle seule les enfants au quotidien durant 1h40 en moyenne. Quelque 30% des enfants de moins de deux ans ont une télé dans leur chambre, et près de la moitié (42%) des moins de huit ans. Ce chiffre est en hausse sensible depuis une précédente enquête réalisée en 2005. Dans 40% des foyers, le téléviseur reste allumé en permanence.

29% des parents téléchargent des applis pour leurs enfants

L’étude, inédite dans sa portée, souligne aussi la forte part désormais prise par les nouvelles formes de divertissement numérique. Ainsi, entre 4 et 8 ans, le temps passé devant la télévision n’augmente que de dix minutes, quand l’ordinateur (principalement pour les jeux vidéo), les consoles et les mobiles accaparent près du tiers du temps passé devant les écrans.

Selon ce sondage, la moitié des enfants de moins de huit ans ont maintenant accès à un appareil mobile dans leur maison, qu’il s’agisse d’un smartphone (41%), d’un baladeur doté de fonction vidéo (21%) ou d’une tablette (9%). Ils sont presque aussi nombreux (38%) à les avoir déjà utilisés, proportion qui va grandissant avec l’âge. Les 11% d’enfants qui ont chaque jour entre les mains un mobile, un baladeur ou une tablette y passent 43 minutes en moyenne.

Si ces appareils sont devenus si attrayants, c’est que les parents les remplissent souvent d’applications dédiées à leurs enfants : 29% des sondés ont déjà téléchargé des puzzles ou des livres pour leurs enfants, parfois pour les occuper pendant qu’ils vaquent à d’autres occupations. Cette pratique atteint 47% parmi les foyers les plus fortunés, dont le revenu annuel dépasse 75.000 dollars. Une nouvelle fracture numérique se développe ainsi chez les plus jeunes, comme celle qui touche l’accès à l’informatique et à Internet, notent les auteurs de l’étude.

Les écrans déconseillés pour les moins de deux ans

Ces résultats sont publiés deux semaines après que l’Académie américaine de pédiatrie a déconseillé d’exposer les enfants de moins de deux ans aux écrans, quels que soient leurs formes. «Les jeunes enfants apprennent mieux et ont besoin des interactions avec les humains, pas des écrans», ont écrit les pédiatres. À cet âge, les enfants qui regardent la télévision ont moins de vocabulaire et davantage de problème de sommeil, ont-ils noté.

Pour l’Académie américaine de pédiatrie, il serait ainsi préférable de laisser vaquer les enfants à des jeux d’imagination, loin des écrans, pour protéger le développement de leur cerveau. Les 5 à 8 ans, qui ne sont pas concernés par ces recommandations, développent déjà de nouvelles aptitudes. Comme leurs aînés, ils sont déjà 23% à consommer «parfois» ou «souvent» plusieurs médias en même temps. De même, parmi ceux qui font leurs devoirs à la maison, 21% ont l’habitude de garder la télévision en fond sonore.


Eric Saint-Frison

Eric a créé l'Agence Digital Dealer rachetée en 2014 par le groupe Argus. Une expérience de 30 ans dans l'Industrie Automobile, ancien Président de Ford France, il se passionne pour le marketing, Internet... sans oublier l'Automobile !


Un commentaire

Laisser un commentaire